regime_5

Plus de 70 % des femmes désirent perdre du poids. Pour y arriver, plusieurs d’entre elles n’hésitent pas à entreprendre des régimes à la mode, qui véhiculent parfois des informations trompeuses. On vous dit comment départager le vrai du faux!

1. Les fibres alimentaires favorisent la perte de poids.
Les fibres rassasient rapidement; ainsi, lorsqu’on augmente son apport en fibres, on a tout simplement moins faim. À l’épicerie, il faut s’attarder à la quantité de fibres des céréales, du pain, des craquelins et des barres tendres, et opter pour les produits qui en contiennent le plus.

2. Perdre de une à deux livres par semaine représente un objectif raisonnable.
Lorsque la perte de poids est supérieure, c’est le signe qu’on perd de l’eau et de la masse musculaire. Pour perdre une livre par semaine, il faut créer un déficit de 500 calories au quotidien. Pour en perdre deux, le déficit doit être de 1 000 calories. Un déficit supplémentaire n’est pas compatible avec un régime équilibré.

3. Le thé vert peut faciliter la perte de poids.
La combinaison de la théine et des catéchines aiderait le corps à brûler davantage de calories. Les preuves de cela ne sont pas encore totalement établies, mais vu les nombreuses vertus salutaires du thé vert, ça vaut le coup d’essayer!

4. Une carence en vitamines favoriserait le gain de poids.
En fait, une carence en vitamines inciterait à manger davantage pour combler le déficit. Ainsi, la prise d’un supplément de vitamines et de minéraux pendant un régime amaigrissant préviendrait les fringales et favoriserait la perte de poids.

5. Un menu riche en protéines aide à maigrir.
À l’instar des fibres, les protéines réduisent l’appétit. Il faut en intégrer à chacun de ses repas en mangeant, par exemple, 120 g de viande, de volaille ou de poisson. Au petit-déjeuner, les œufs, le beurre de noix et le fromage sont de mise.

6. Le calcium favorise la perte de poids.
Plusieurs études démontrent que les personnes qui ingèrent suffisamment de calcium ont plus de facilité à contrôler leur poids. Le fait d’ajouter des produits laitiers à son menu quotidien (3 portions par jour) permettrait de brûler davantage de gras.

7. Le stress fait engraisser.
Les hormones de stress (notamment le cortisol) amèneraient une surconsommation de calories, notamment de glucides. Une saine gestion du stress par la pratique du hatha-yoga ou d’une autre activité physique pourrait limiter les effets du stress sur l’appétit.

8. Le piment de Cayenne freine l’appétit.
Des chercheurs de Québec ont démontré que le fait d’ajouter du piment de Cayenne à une entrée réduisait l’appétit pour le repas qui suit. Ainsi, pimenter ses recettes permettrait de réduire son apport calorique journalier.

9. Les boissons nuisent au contrôle du poids.
En fait, les calories liquides ne soutiennent pas autant que les calories qu’on mange. Lorsqu’on désire maigrir, il faut donc comptabiliser tout ce qu’on boit dans une journée et opter pour des boissons qui n’apportent pas de calories (eau, thé, café).

10. L’alcool nuit à la gestion du poids.
En plus des calories qu’il contient (110 à 150 calories par consommation), l’alcool a pour effet de stimuler l’appétit, si bien qu’on mange davantage après avoir pris un apéro. Si l’on suit un régime amaigrissant, on doit s’en tenir à une seule consommation alcoolisée par jour.

11. Il ne faut pas mettre un enfant au régime.
On aurait tort d’imposer un régime à un enfant en pleine croissance; il faut plutôt lui inculquer de bonnes habitudes alimentaires. On ne doit pas non plus lui parler de son poids, mais lui expliquer les nombreux avantages de manger sainement (il sera plus concentré à l’école, il aura plus d’énergie, etc.).

12. Les antidépresseurs favorisent le gain de poids.
La prise de poids associée à ce type de médicament s’expliquerait par la stimulation de l’appétit. Une étude a cependant démontré que le fait d’entamer un programme d’exercice parallèlement à la prise d’antidépresseurs empêcherait le gain de poids.

13. Les programmes de groupe, comme Weight Watchers et Minçavi, proposent des menus équilibrés.
Ces méthodes ont été élaborées avec l’aide de nutritionnistes. Leurs programmes alimentaires ont fait leurs preuves et le contexte de groupe facilite le suivi, en plus d’être une source de motivation.

14. Il est plus difficile de perdre du poids lorsqu’on a déjà suivi plusieurs régimes.
Des études ont démontré que le métabolisme de base (les calories dépensées au repos) ralentit par suite des privations sévères de nourriture, ce qui rend le maintien du poids plus difficile à long terme.

15. Manger plus lentement peut aider à la gestion du poids.
Puisqu’il faut 20 minutes pour que le cerveau envoie le signal de satiété, il est recommandé de bien mastiquer et de prendre le temps de savourer son repas. On peut également manger avec des baguettes, question de s’habituer à manger plus lentement.

16. Les débalancements hormonaux peuvent influer sur le poids.
L’hypothyroïdie et la chute des œstrogènes à la ménopause favorisent la prise de poids. Si l’hypothyroïdie se contrôle avec un supplément d’hormones, la chute d’œstrogènes est plus difficile à traiter, en raison des critiques envers l’hormonothérapie de substitution qui amène les femmes à la refuser. À la ménopause, les femmes doivent réduire leur apport calorique ou bouger davantage pour maintenir leur poids.

17. La perte de seulement 5 à 10% du poids corporels initial apporte d’énormes bienfaits.
Les études le prouvent: il suffit de perdre de 5 à 10 % de son poids initial pour améliorer plusieurs composantes de sa santé (cholestérol, glycémie, tension artérielle, etc.). Il est bon de se fixer un objectif réaliste, tel que perdre 5 % de son poids, plutôt que de viser un but difficile à atteindre qui nous découragera.

18. La prise de collations dans la journée peut aider la gestion du poids.
Deux collations par jour permettent de diminuer l’appétit pour les repas qui suivent. Si les collations du matin et de l’après-midi sont importantes, celles en soirée sont souvent superflues.

19. S’entourer de personnes ayant un mode de vie sain peut aider à perdre du poids.
Les modèles, qu’ils soient au travail, dans la famille ou dans son groupe d’amis, influencent positivement l’atteinte des objectifs.

20. Les diététistes sont les meilleures alliées pour une perte de poids saine.
Les diététistes sont les seules spécialistes ayant l’expertise qui permet d’offrir un suivi personnalisé. Elles peuvent élaborer un programme alimentaire qui respecte les recommandations de Santé Canada et ne vendent aucun produit.

Source: http://www.moietcie.ca/