femme_demaquiller_serviette_soin

Nettoyer son visage et le démaquiller est indispensable pour garder un teint frais. Néanmoins, certains démaquillants et cotons irritent la peau. Pour qu’elle reste saine et douce, suivons les conseils de notre experte Anne-Marie Gabelica.

Le nettoyage de la peau représente une étape cruciale puisqu’il s’agit de débarrasser la peau efficacement des impuretés et éventuellement du maquillage. Si nous souhaitons toutes que nos habitudes en matière de beauté soient les plus respectueuses de notre peau et de la planète, nous ne savons pas toujours comment faire. Il est en effet difficile de savoir comment s’y prendre lorsqu’on n’est ni chimiste (décrypter la liste des ingrédients de nos cosmétiques est un vrai défi !), ni spécialiste en impact environnemental… Voici quelques conseils pour s’y retrouver.

Éviter à tout prix les nettoyants ou/et démaquillants contenant du Sodium Lauryl Sulfate

La plupart des gels ou eaux nettoyantes et démaquillantes contiennent des tensio-actifs, c’est-à-dire des détergents plus ou moins doux, qui vont venir « emporter » les impuretés et le maquillage en le rendant soluble dans l’eau. Le plus utilisé des détergents est appelé : Sodium Lauryl Sulfate.

Celui-ci permet au gel de former une mousse abondante à très faible coût. Et pour cause : c’est un détergeant industriel utilisé pour dégraisser les sols et autres équipements !

L’utilisation de ce composé est particulièrement préoccupante car le sodium lauryl sulfate utilisé en cosmétiques présente de nombreux risques pour la santé. Très irritant et asséchant, il est donc à bannir de votre salle de bain.

Les produits nettoyants et/ou démaquillage n’ont pas l’exclusivité du sodium lauryl sulfate : on le retrouve aussi très fréquemment dans les shampoings, gels douches… Tous les produits lavants sont en réalité susceptibles d’en contenir ! A noter que malheureusement, tous les labels de cosmétiques biologiques n’interdisent pas encore ce composé.

De plus le sodium lauryl sulfate n’est pas biodégradable, son utilisation provoquera une pollution des rivières. Sans oublier que ce composé est dérivé d’huile de palme, il contribue donc à la déforestation massive en Asie du Sud-Est.

D’ailleurs, le sodium lauryl sulfate n’est pas le seul composé à bannir. Il faut aussi éviter d’autres molécules détergentes, notamment le sodium laureth sulfate (sodium lauryl sulfate modifié chimiquement) et l’ammonium lauryl sulfate qui sont tout aussi néfastes.

Rincer sa peau à l’eau fraîche

Il est conseillé de rincer son nettoyant et/ou démaquillant, même s’il s’agit d’une eau « sans rinçage ». En effet, il faut mieux éviter de laisser les détergents contenus dans le produit sur la peau car ils sont bien souvent irritants.

Pour procéder au rinçage mieux vaut éviter l’eau chaude (même en hiver), parce que l’eau froide va stimuler la micro-circulation du sang et donc contribuer à la fraîcheur du teint. En plus, se rincer à l’eau fraîche permet d’économiser de l’énergie et de diminuer l’impact de son rituel beauté.

Petit conseil supplémentaire : utilisez de l’eau florale bio (de rose, de lavande…) après votre nettoyage/démaquillage, en particulier pour les régions où l’eau du robinet est très calcaire. Cela permettra de neutraliser les effets déshydratants de ce dernier sur votre peau.

Remplacer le coton jetable par des lingettes réutilisables

Attention aussi aux cotons jetables, qui ne sont pas aussi doux qu’ils le paraissent : leur surface est légèrement abrasive et peut donc irriter les peaux sensibles. De plus, la culture du coton classique est la plus consommatrice en pesticides.

Heureusement il existe une alternative : les lingettes lavables. Existant en plusieurs matières (bambou, eucalyptus, coton bio…), elles sont réutilisables plusieurs centaines de fois ! Ces lingettes sont donc à la fois plus économiques et plus écologiques. Certaines sont beaucoup plus douces pour la peau que les cotons jetables classiques.

Pour résumer : un nettoyant et/ou démaquillant sans sulfates, une eau fraîche (voire florale) et lingettes lavables sont les clés d’un nettoyage ou d’un démaquillage plus respectueux de la peau et de la planète.

Parce qu’on peut prendre soin de soi et se sentir belle sans nuire à sa peau et ce qui nous entoure !

L’experte :
Anne-Marie Gabelica est ingénieure agronome diplômée en biochimie avec 6 ans d’expérience dans le secteur cosmétique. Elle a créé oOlution : la 1ère de gamme de soins visage sur-mesure (à base de plus de 65 actifs 100 % bio), sans huile de palme et éco-conçue.

Sourca: http://www.femininbio.com/