Parler avec assurance et aisance n’est pas donné à tout le monde. Mais avec un peu d’entraînement, c’est à la portée de tous. Jean Sommer, expert de la voix, nous donne 5 bons trucs pour bluffer son entourage.

Astuce numéro 1 : on éclaire son visage

Avant de prendre la parole devant une assemblée, en réunion par exemple, on se masse le visage, en insistant sur les pommettes, le dessous des yeux, les tempes et le front.

Cet exercice va réveiller notre visage et notre sourire avant de commencer notre intervention. « La voix joue au niveau du corps, au niveau de la profondeur et de l’expressivité. Si mon visage est ouvert je vais parler avec plus d’expressivité que si mon visage est fermé ». Logique…

2. Astuce numéro 2, on ouvre sa bouche avec un bouchon

On prend un bouchon dans la bouche en découvrant les dents et on lit tranquillement un texte en articulant pour qu’il soit compréhensible avec le bouchon. On tient quelques minutes, puis on l’enlève. Cet exercice ouvre la bouche. Les animateurs télé sont des adeptes car c’est aussi un truc pour garder le sourire.

Une variante existe : il suffit de remplacer le bouchon par un crayon.

3. Astuce numéro 3 : on répète la phrase magique

Si on s’amusait à les répéter alors même qu’on était à l’école, ce n’était pas pour rien. Cette phrase dite correctement et rapidement travaille notre articulation. On essaie pour voir : « Je veux et j’exige d’exquises excuses ». On répète ça deux ou trois fois en prononçant bien distinctement, sans mâcher les mots. On doit bien distinguer le « z » et le « x ».

4. Astuce numéro 4, la respiration positive

On ferme les yeux et on respire tranquillement. Sur les trois prochaines inspirations on pense « oui » dans notre tête ». Sur trois autres inspirations on pense « non ». Cet exercice montre qu’en pensant intérieurement oui, nous nous sentons envahi d’une sensation de bien-être.  » Tout ce qu’on fait en respiration consciente nettoie les énergies ». Autrement dit, respiration étant liée à l’action, respirer positivement permet de se libérer des énergies négatives. A pratiquer sans modération, dans des situations de stress !

5. Astuce numéro 5 : les inspirations du bol, du vase et de la cuvette

Ces exercices d’inspiration appelés par Jean Sommer « le bol », « le vase » et la « cuvette », permettent de calmer nos émotions, de nous détendre. Chaque exercice se fait sur trois inspirations et sont à pratiquer dans des situations de stress ou avant une prise de parole.

Le bol : On imagine son crâne à l’envers (d’où le bol) puis en inspirant on a la sensation que l’air remplit ce bol. Pour réussir cet exercice, nul besoin de prendre beaucoup d’air. « Cela nettoie la tête, ça fait comme un vide, un nuage qui détend », commente Jean Sommer

La cuvette : En référence à notre bassin qui a un peu la forme d’une cuvette. On inspire comme si on remplissait cette cuvette. L’inspiration est très basse puisqu’elle se situe au niveau du bassin. Elle emmène la voix vers le diaphragme. A répéter trois fois.

Le vase : Cette fois-ci l’inspiration part de bas e, haut comme si elle remplissait un vase. Sans monter les épaules, on essaie de suivre cet air qui part d’en bas et remonte. « Cet exercice nous procure du bien-être, de la puissance ».

Les meilleurs élèves peuvent s’adonner à un exercice encore plus poussé. Cette fois-ci on combine les trois exercices du bol, du vase et de la cuvette : on fait trois inspirations par la bouche en essayant d’imaginer qu’on est une grosse bulle d’air. Décontraction garantie !