Alzheimer

La maladie d’Alzheimer touche plus les femmes que les hommes.

L’âge et l’hérédité sont les principaux facteurs de risque connus. Mais les femmes semblent être plus touchées par la maladie que les hommes. Ce pourrait être parce que les femmes vivent, en moyenne, plus longtemps.

Des plaques et des «écheveaux» anormaux se forment dans le cerveau.

Les plaques sont constituées de petits dépôts denses d’une protéine visqueuse, la bêta-amyloïde, qui s’accumulent sur les neurones. Les scientifiques croient que la bêta-amyloïde libère des radicaux libres, qui s’attaquent aux neurones. Les écheveaux sont composés des filaments de protéines qui soutiennent normalement les neurones, mais qui, dans cette maladie, se tordent, étouffant les cellules.

On ne peut pas prévenir la maladie d’Alzheimer.

Plusieurs études ont montré qu’une vie intellectuelle et sociale riche tout au long de la vie pouvait retarder l’apparition des signes de la maladie d’Alzheimer ou limiter leur importance par des mécanismes de compensation. L’activité intellectuelle, quelle que soit sa forme (jeux, lecture, vie sociale, loisirs…), constitue une sorte de «réserve cognitive» capable de retarder le déclin lié aux démences. Mais il est impossible de la prévenir totalement.

Des médicaments peuvent ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer.

Les médecins et les psychologues, dont le diagnostic est sûr à 80 ou 90%, peuvent dépister la maladie à un stade précoce; les patients sont alors plus susceptibles de bénéficier de traitements médicaux appropriés. Les quatre médicaments utilisés actuellement sont des inhibiteurs de la cholinestérase; ils freinent la dégradation par cette enzyme de l’acétylcholine, neurotransmetteur chimique qui intervient dans la mémoire. Il est essentiel de les prendre dès que le problème est diagnostiqué, car ils sont plus efficaces dans les premiers stades de la maladie.

La maladie d’Alzheimer affecte plus que la mémoire.

En plus de perturber la mémoire, elle affecte le langage, la vision, les habiletés sensorielles et motrices ainsi que le processus décisionnel.

La maladie d’Alzheimer est fatale.

Malheureusement, à ce jour, la maladie d’Alzheimer ne se guérit pas et ses symptômes sont irréversibles.

Source: http://www.plaisirssante.ca