jambes1

Galbées, dorées, légères… Voilà nos jambes telles qu’on les rêve. Mission impossible? Pas du tout! Démonstration.

Mon sport qui affine
Inutile de rêver, il est impossible de galber ses jambes sans les muscler. Certains sports sont alors plus adaptés: les sports de combat, les sports en piscine (sans oublier les récents aquacycling et aquajogging, des activités de cardio-training que l’on pratique… en piscine!), la marche à pied et la randonnée, ou enfin, la danse. Latine, jazz, orientale ou avec des claquettes, elles renforcent les jambes sans leur faire prendre du volume.

Mon jogging en jogging
La cellulite aggrave les problèmes circulatoires qui aggravent la cellulite. Un cercle vicieux dont il est difficile de se sortir. Sauf si… On glisse sous son jogging un legging original doublé de petits picots en caoutchouc destinés à compresser et masser les zones concernées pour favoriser l’élimination des déchets et drainer l’eau infiltrée (caleçon Lympho’ToniC).

Ma nuit en suspension
Pour un effet plume au petit matin, glissez des cales de 8 à 10 cm sous votre sommier, de façon à ce que les talons se retrouvent à la même hauteur que le coeur: la pression des veines est alors réduite à zéro.
Mes soins pas chagrins
Bourrés d’actifs végétaux décongestionnants et drainants, ils sont indispensables aux filles aux longues jambes et hauts talons (nous toutes quoi!). On les utilise pour se masser de la cheville au genou puis jusqu’aux cuisses en un palper-rouler doux.

Mes plantes drainantes
En cure, elles permettent d’éviter les jambes lourdes tout l’été. On les achète en cocktail tout prêt (en magasins bio) ou bien à l’unité, en extrait fluide de plante fraîche pour davantage d’efficacité. Pour protéger les parois veineuses et les valvules, on se tourne vers les cyprès ou la vigne rouge. Si l’on souhaite également fluidifier son sang, on y ajoute du gingko biloba.

Mes gestes SOS en voyage
En avion, on y prête particulièrement attention: chaussettes ou collant de contention (à acheter en pharmacie, du type Veinostim de Pierre Fabre); Eau à boire en quantité; promenades régulières et petits mouvements de rotation des pieds. En revanche, mieux vaut éviter les somnifères, qui nous immobilisent et donc empêchent ces mouvements salvateurs.

Mes attentions de chaque instant
J’évite de piétiner dans les magasins, de prendre des bains chauds (ou je laisse mes jambes hors de l’eau sur les bords de la baignoire), je limite mes séances de sauna, de hammam, et même de bronzage, les jambes étant plutôt rétives à la chaleur…

Mon phlébo si nécessaire
Je consulte si j’ai mal aux jambes, si je souffre d’œdème, de varicosités ou de varices. Je consulte aussi si je sais que mes parents ont souffert d’un de ces maux. L’objectif étant de traiter ces petites disgrâces avant qu’elles ne s’accentuent.

Source: http://www.questionsdefemmes.fr/