Chuintements, bourdonnements, sifflements…

On estime qu’une personne sur dix environ souffre d’acouphènes.

Ces bruits ‘parasites’ ne correspondent à aucun son extérieur. Mais représentent pourtant une source bien réelle de désagréments.

Des acouphènes, qu’est-ce que c’est?

Les acouphènes, ou tinnitus, sont des sons, des bruits, intermittents ou continus, perçus uniquement par le patient.

En l’absence de moteur, de bouilloire ou d’avion, la personne qui souffre d’acouphènes va pourtant entendre sifflement, bourdonnements ou autres bruits incongrus produits par sa propre oreille.

Autant dire que, contrairement à la cafetière, la machine ne peut pas être débranchée et le son ne peut pas être coupé.

Par ailleurs, ces acouphènes peuvent prendre plusieurs autres formes: cliquetis, murmure, grésillement, sifflement, chuintement,…

Soyons francs: dans 85% à 95% des cas, les acouphènes sont liés à un fonctionnement anormal des voies auditives et aucun examen médical ne permet de les ‘voir’, de les objectiver.

Dans 15% des cas, une personne extérieure peut aussi les entendre. Ils sont alors provoqués par une contraction musculaire proche de l’oreille ou à une anomalie vasculaire.

Acouphènes: des causes multiples

Répétons-le, dans la très grande majorité des cas, aucune cause déclenchante précise ne peut être mise en évidence pour expliquer l’apparition d’acouphènes.

Cependant, il existe de nombreux facteurs favorisants dont les plus fréquents sont la perte d’audition causée par le vieillissement et l’exposition excessive au bruit.

Que ce dernier soit d’origine professionnelle ou de loisir (concerts, baladeurs,…). Le stress et la fatigue non seulement favorisent l’apparition des acouphènes mais en augmentent aussi l’impact et la conscience.

Enfin, certaines maladies peuvent provoquer des acouphènes:

La prise de certains médicaments toxiques pour les cellules de l’oreille interne

La maladie de Ménière

Certaines infections de l’oreille

Certaines tumeurs cérébrales

Les dysfonctions de l’articulation temporomandibulaire

Les acouphènes et le silence

Les acouphènes peuvent se manifester brutalement, après un traumatisme sonore, ou progressivement et n’être d’abord ressentis que dans des endroits très calmes.

Mais ce qui constitue la vraie souffrance des patients c’est que les acouphènes sont d’autant plus présents que le bruit ambiant est faible.

La conclusion est simple: couché dans sont lit, au calme de la campagne, c’est dans cette situation que les acouphènes vont prendre toute leur place et donner parfois l’impression que la pièce entière est envahie par un bruit insupportable et continu.

On peut donc sans peine s’imagine l’anxiété que les acouphènes peuvent provoquer chez ceux qui en sont atteints.

Les acouphènes ne sont pas dangereux mais leur omniprésence et leur intensité peuvent devenir handicapants.

Ils peuvent provoquer insomnie, irritabilité et troubles de la concentration.

Les acouphènes, traitement en vue?

Vu la diversité de la nature des acouphènes, leur traitement dépend de l’origine du mal.

Mais pour la majorité des acouphènes, il n’existe actuellement aucun remède-miracle. Certains médicaments ou compléments alimentaires (vasodilatateurs périphériques, gingko biloba, magnésium, anxiolytiques,…) peuvent améliorer les symptômes.

Mais, dans bien des cas, les personnes souffrant d’acouphènes doivent s’y habituer, en s’aidant d’exercices de relaxation, de psychothérapie et de thérapies permettant de s’habituer au bruit des acouphènes.

La recherche continue cependant. Des appareils auditifs émettant un son de faible intensité, dont la fréquence est parfois modulable, sont actuellement disponibles sur le marché.

Ils permettent non seulement au cerveau de s’habituer à un bruit continu pour finir par ne plus l’entendre, mais aussi de neutraliser le son de des acouphènes en émettant un son opposé.

Source : http://www.e-sante.be