erreurs-bebe

Entre 10 et 18 mois, voir bébé qui commence à marcher procure à tous parents joie et bonheur ! C’est un moment à la fois magique, inoubliable et même parfois drôle. Mais c’est surtout une étape très importante dans le développement de l’enfant. Voici 5 erreurs à éviter de faire quand bébé commence à poser un pied devant l’autre.

Le presser alors qu’il n’est pas encore prêt
Certains parents se réjouissent rapidement (même un peu trop) de voir leur bébé se mettre debout comme un grand ou s’accrocher à un meuble pour essayer de marcher. Mais attention, on ne se presse pas ! Ces premiers signes ne montrent pas forcement que bébé est prêt à marcher. En intervenant ou en voulant précipiter les choses, votre enfant risque de passer à côté de certaines étapes, primordiales dans l’apprentissage de la marche. Cela doit venir de sa propre initiative. Il faut d’abord installer les bases solides avant de passer aux choses sérieuses !

Quand savoir s’il est prêt ?
Si votre bébé peut se déplacer le long d’un support, ou s’il sait se relever et se tenir tout seul, alors il est prêt à marcher. Mais encore une fois, il n’est pas question de le forcer ; il faut attendre qu’il adopte seul ces positions-là.

Le faire marcher en lui tenant souvent les deux mains
Le grand classique : les parents qui aident leur bébé à le faire marcher en lui tenant les deux mains. Pourquoi il faut éviter ? Car de cette manière, il reste dépendant de l’adulte en pensant qu’il n’est pas capable de marcher sans son aide. Il perdrait également confiance en lui mais aussi la maîtrise de son équilibre. C’est à lui de se débrouiller tout seul, de prendre conscience de son corps et de découvrir ses limites. Alors on évite au maximum de le tenir ou le toucher.

En revanche, rien ne vous empêche de l’encourager et de vous tenir à un mètre de lui, au cas où…

Le faire marcher uniquement sur des sols durs
Une fois que votre bébé est lancé, il ne faut pas le faire marcher seulement sur des sols durs. Faites-lui explorer différentes surfaces : une promenade sur du sable cet été, sur de l’herbe lors d’un pique-nique, ou sur une surface moins stable lors d’une balade dans une forêt. Au-delà du côté pratique (prendre l’air avec la famille), votre enfant sera confronté à des surfaces variées ; il sera alors obligé d’adapter sa marche en fonction du support et de retrouver le bon équilibre. Petit à petit, ces réflexes deviendront une habitude pour lui. A vous les sorties aux parcs les dimanches après-midi !

Lui choisir des chaussures trop… ou pas assez…
On a toute envie de craquer sur ces adorables chaussures repérées dans le magasin du coin de la rue. Mais attention, pour ses premiers pas à l’extérieur, il ne faut pas négliger la qualité des chaussures. Plusieurs critères sont à prendre en compte : des chaussures pas trop lourdes, à sa taille et avec une semelle souple. Bon à savoir : il existe des marques comme Naturino qui proposent une collection de chaussures « first steps » s’adaptant parfaitement aux enfants qui commencent à marcher : semelle en caoutchouc légère et flexible, légèrement montantes pour que sa cheville soit bien maintenue et avec le bout renforcé. Les chaussures idéales pour la marche à quatre pattes, les premiers pas (et les premières chutes). Pour ces premiers pas cet été, privilégiez des chaussures fermées du bout du pied jusqu’au talon.

A la maison, laissez votre bébé marcher pieds nus le plus souvent possible ; en contact direct avec le sol, il ajustera mieux son équilibre et ressentira ses appuis.

Le mettre trop souvent dans un trotteur
Fréquemment utilisé par les parents, le trotteur peut être nocif au moment de l’apprentissage. D’après plusieurs experts, cet appareil entraîne une mauvaise posture du bébé et surtout un risque de marcher sur la pointe des pieds. Votre enfant n’est pas totalement sur ses appuis, il ne se sert pas de la totalité de son corps comme des bras par exemple, ce qui l’empêche d’avoir les déséquilibres nécessaires à l’apprentissage.
Au-delà de la posture, le trotteur lui permet d’avancer beaucoup trop vite et dans ce cas-là il ne maîtrisera moins bien la notion de distance, de vitesse ou encore les obstacles.

Conseil : vous pouvez cependant lui proposer un jouet à pousser comme un petit chariot. Il pourra alors avancer seul en s’appuyant dessus.

Source:http://www.aufeminin.com/