Il a faim ? Sommeil ? Sa couche est sale ? Si seulement votre bébé pouvait parler… Halte aux devinettes : avec la langue des signes pour bébé, les larmes laisseront place au geste, puis au mot, et bientôt à une merveilleuse complicité.

1. LANGUE DES SIGNES POUR BÉBÉ : POUR QUOI FAIRE ?

On ne dira jamais assez combien la période préverbale peut parfois être un grand moment de solitude ! Quel casse-tête, d’interpréter les pleurs de bébé… Et trouver la bonne solution au plus vite, n’en parlons pas ! Vous vous reconnaissez ? La méthode qui suit va vous intéresser. Ou mieux : vous convertir ! Chez un tout jeune enfant, la capacité d’imiter des gestes apparaît bien avant celle de parler. Difficile pour lui, donc, d’exprimer ses besoins, ses sentiments ou encore de vous faire part de ses découvertes. Seule issue : les larmes. Et pour vous, l’incompréhension. Partant de ce constat, les Dr Linda Acredolo et Susan Goodwin* ont adapté la langue des signes américaine (ASL) aux besoins des bébés entendants. Objectif : permettre à l’enfant de s’exprimer plus clairement, plus tôt.

Le signe et le mot
Cette méthode offre aux familles un moyen de communication simple et ludique. A la parole, on associe simultanément un signe qui traduit un mot, une idée ou une envie. Pour dire « lait », on referme la main plusieurs fois comme le fermier trairait sa vache ; pour « dormir », la main vient se poser sous la tête inclinée, les yeux clos ; pour « le bain », les deux poings viennent frotter la poitrine. Vous apprendrez ces quelques rudiments pour commencer et très vite, la curiosité et l’enthousiasme de votre enfant vous pousseront à enrichir votre vocabulaire et le sien par la même occasion. Bientôt, les noms d’animaux et les couleurs s’ajouteront au répertoire. A y regarder de plus près, certains signes font déjà partie de votre quotidien : quand vous dites « au revoir » de la main ou lorsque vous chantez la fameuse comptine du lapin et du grand cerf…

2. LANGUE DES SIGNES POUR BÉBÉ : COMMENT S’Y METTRE

La langue des signes vous intéresse ? Voici tout ce que vous devez savoir pour vous y mettre.
Pour commencer, concentrez-vous sur les mots les plus utiles pour votre enfant. Boire, manger, dormir, jouer, encore, bain… Utilisez toujours le même signe pour traduire le même mot. Au bout de quelques mois de persévérance, le signe cèdera sa place à la voix. Il sera alors temps de combiner les signes entre eux pour former des phrases. Vous vous demandez : « Mon enfant aura-t-il un retard de langage si je lui apprends à signer ? » Rien n’empêche un enfant qui marche à quatre pattes de devenir bipède par la suite, répondront les spécialistes. La langue des signes pour bébé est un outil pour combler le vide entre la phase préverbale et l’acquisition du langage.

Quand commencer ?
Les repas, le change, le bain seront meilleures occasions pour introduire et répéter de nouveaux signes car votre bébé vous accorde toute son attention. Dès que votre enfant est capable d’imiter les signes, soit autour de 6 mois, c’est le moment ! Il faudra ensuite patienter car il/elle mettra plus ou moins de temps à recourir au signe adéquat.

Comment se former ?
L’auteure Nathanaëlle Bouhier-Charles a décliné une méthode francophone basée sur la Langue des Signes Française (LSF), avec un livre, un DVD et des ateliers pour les parents.

Les avantages de la méthode :
Stimule l’ouïe, la vue et le toucher et aide à la coordination.
Facilite la communication et la compréhension. Sous l’effet du mimétisme, le geste entraîne rapidement la parole. L’enfant communique avec le monde qui l’entoure.

Les inconvénients de la méthode :
La patience est une vertu. Pour être efficace, il faut allier constance et rigueur en pratiquant la langue des signes quotidiennement et en tous lieux avec votre enfant, en famille et dans les différents modes de garde (montrez les rudiments de la LSF à l’assistante maternelle pour que votre bébé soit compris).