L’usage des anti-transpirants et déodorants s’est répandu, et tant mieux pour le confort qu’ils apportent. Reste que ceux qui contiennent de l’aluminium peuvent être dangereux à la longue quand ils sont associés au rasage des aisselles, notamment vis-à-vis du cancer du sein.

Déodorants, anti-transpirants et aluminium La plupart des déodorants – quatre sur cinq – contiennent de l’aluminium. L’aluminium est utilisé pour augmenter leur durée d’action : c’est l’effet anti-transpirant. L’effet déodorant, quant à lui, est lié au désinfectant qui compose ces produits et qui élimine les bactéries responsables de nos mauvaises odeurs sous les aisselles.

Cancer du sein et aluminium La question de l’innocuité de l’aluminium a été régulièrement soulevée, la crainte étant que son usage soit associé à une augmentation du risque de cancer du sein. Lors des Journées pyrénéennes de gynécologie pratique de 2006, congrès de gynécologues, le Dr Gabriel André a fait un exposé permettant d’y voir enfin clair : le risque de cancer du sein est effectivement augmenté quand ces produits sont utilisés conjointement au rasage des aisselles.

Le Dr Gabriel André cite des chiffres issus d’une étude américaine de 2003 qui a suivi 437 femmes atteintes d’un cancer du sein. Celles qui n’avaient jamais utilisé de déodorant ni d’anti-transpirant, et qui ne s’étaient jamais rasé les aisselles, avaient un âge moyen de survenue de cancer du sein de 67 ans. Inversement, celles qui avaient largement utilisé des déodorants et des anti-transpirants, tout en se rasant les aisselles, avaient un âge moyen de survenue de cancer du sein de 59 ans, soit 8 années de moins…
Avant 16 ans : risque maximal L’âge de début de la pratique combinée du rasage et du déodorant est lui aussi essentiel. Plus on débute tôt, notamment avant l’âge de 16 ans, plus la survenue d’un cancer du sein risque d’être précoce.

Le Dr Gabriel conclut pour sa part qu’il faut éviter autant que possible les produits contenant de l’aluminium et qu’il ne faut surtout pas se servir de tels produits après un rasage. Plusieurs solutions se présentent aux femmes :

  1. s’offrir une épilation définitive au laser : le risque sera réglé une fois pour toutes ;
  2. se raser les aisselles le soir en utilisant un antiseptique après. N’utiliser les déodorants et anti-transpirants que le lendemain ;
  3. idem, mais en utilisant un rasoir électrique, moins coupant ;
  4. trouver un déodorant sans aluminium. Bien lire les notices, car ces produits en contiennent très souvent. Tous les sels d’aluminium ont le même effet.

En conclusion, il n’est pas question de ne plus utiliser d’anti-transpirants ou de déodorants, lesquels nous rendent la vie sociale plus agréable, mais il faut consommer intelligent…