De nombreux aliments protègent du cancer alors que d’autres en augmentent les risques. Le point sur quelques études récentes sur les aliments anti-cancer… Et ceux qu’il vaut mieux éviter.

1. Pas de soda pour le pancreas
Des chercheurs de l’université du minnesota ont découvert un lien entre la consommation de sodas et le cancer du pancreas. Après avoir suivi l’état de santé de 60 000 indonésiens, ils se sont rendu compte que les personnes qui développaient un cancer du pancreas étaient également des consommateurs réguliers de sodas.
Les chercheurs pensent que le fort taux de sucre de ces boissons augmente le taux d’insuline fabriqué par le pancréas, ce qui augmente ensuite le risque de développement de cellules cancéreuses.

Le cancer du pancreas fait partie des cancers les plus rares mais il est l’un des plus mortels avec un taux de survie à 5 ans qui n’est que de 5%.

2. Du thé vert pour vos poumons
Boire du thé vert pourrait réduire les risques de contracter un cancer du poumon… même si vous fumez. C’est ce qu’ révélé une étude présentée lors d’une conférence de l’american association for cancer result.
Les polyphénols du thé vert sont de puissants antioxydants, et les préparations à base de thé ont déjà montré leur capacité à empêcher la formation de tumeurs.

Pour cette étude, les chercheurs ont examiné les habitudes de 170 patients atteints de cancer du poumon et de 340 patients sains. Les résultats ont montré que, tous patients confondus, ceux qui ne consomment pas de thé vert ont cinq fois plus de risque de contracter un cancer du poumon par rapport à ceux qui en consomment au moins une tasse par jour. Parmi les fumeurs, le risque est douze fois plus élevé.

3. Pas de carottes pour les fumeurs
Une étude réalisée en israël a montré que plus on consomme de caroténoïdes, moins les risques de cancer du côlon sont élevés. Cependant, chez les fumeurs réguliers, on observe un effet contraire : les caroténoïdes des fruits et légumes favoriseraient l’apparition de cancers du côlon. Ainsi, les fumeurs devraient être informés que les effets potentiels bénéfiques d’une importante consommation de fruits et légumes sont entravés par une consommation régulière de tabac.

Dans cette étude, il a été trouvé qu’il existe une relation inverse entre la consommation de caroténoïdes et les risques de cancer colorectal. Cependant, le tabagisme réduit significativement voire même renverse cet effet à la base protecteur de l’ingestion de caroténoïdes sur les risques de cancer colorectal.

4. Ne lésinez pas sur le curcuma
Le curcuma et le poivre sont étudiés depuis longtemps comme traitements potentiels contre le cancer, mais une nouvelle étude laisse entendre pour la première fois que ces épices pourraient prévenir le cancer en visant spécifiquement les cellules souches.

Les chercheurs du centre de cancérologie de l’université du michigan aux etats-unis ont découvert que lorsque la curcumine, un élément chimique se trouvant dans le curcuma, et la pipérine, qui provient du poivre noir, sont ajoutées à une culture de cellules, le nombre de cellules souches est réduit tandis que les cellules normales sont épargnées. Les chercheurs estiment que l’élimination des cellules souches cancéreuses et la réduction du nombre de cellules normales sont essentielles dans la lutte contre le cancer.

La pipérine renforce les effets de la curcumine, et les deux éléments stoppent le processus de renouvellement des cellules souches cancéreuses.

5. Evitez le sel de la charcuterie
Certaines charcuteries favoriseraient l’apparition du cancer du côlon: c’est la conclusion d’une étude présentée en juillet par des chercheurs de l’institut national de recherche agronomique (inra) de toulouse. En s’intéressant au lien entre consommation de charcuteries et cancers du côlon, les chercheurs ont découvert que les 4 facteurs réunis que sont :la coloration de la charcuterie, l’ajout de nitrites, la cuisson et l’oxydation, pouvaient provoquer une augmentation significative des lésions précancéreuses au niveau du côlon.

Cancer: l’inra rappelle que 100 nouvelles personnes sont atteintes d’un cancer du côlon chaque jour.