téléphone

Vous téléphonez comme vous respirez pour savoir si vos troupes vont bien, parce que c’est votre manière d’être. Seulement voilà. Vous avez l’impression que ça vient toujours de vous. Comment faire pour que ça change ? Les conseils de la consultante et coach auprès des entreprises Béatrice Quasnik, auteure de « Devenir acteur du changement – Clés pour une grammaire relationnelle » (Chronique Sociale).

Parlez ! Dites aux autres vos frustrations

Si vos amis ne vous appellent plus alors qu’ils avaient l’habitude de le faire, leur silence peut avoir du sens. Si, en plus, vous leur avez laissé plusieurs messages auxquels ils n’ont pas répondu, il y a peut-être anguille sous roche.
Toutefois, n’en tirez pas de conclusions trop hâtives. Qui vous dit qu’ils n’ont plus envie d’avoir de vos nouvelles?
Et s’il s’agissait d’un malentendu ? La meilleure manière de le savoir, c’est de leur poser simplement la question au lieu de ruminer dans votre coin. Car rien ne vaut la parole. Si leur silence vous peine, dites-le: « Cela me touche, je préfère vous le dire, car j’aimerais comprendre. Je vous demande de m’expliquer, pas de changer »

Ne jouez pas sur la culpabilité

« C’est toujours moi qui téléphone ! » Appeler quelqu’un et commencer la conversation sur ce ton, c’est le mettre en position d’accusé. Donc se comporter en victime. Pas question de vous installer dans ce registre. Cela donne en effet à votre interlocuteur un pouvoir sur vous dont il n’a sans doute pas envie, mais qu’il pourrait utiliser.

Source: http://www.femmeactuelle.fr/