chaleur

Même si elle fait rarement de victimes, la canicule dans les bureaux peut rendre la vie très difficile.
Retour sur les bons réflexes et les règles qui s’appliquent au travail quand le thermomètre atteint des sommets.

Une température maximale pour travailler
Dans tous les bureaux en été, la rumeur court : « à partir d’une certaine température, on a le droit de rentrer chez soi ! » Les choses sont un peu plus compliquées que cela.

Il existe bien une température maximale acceptable pour travailler dans de bonnes conditions.

En effet, le corps humain est conçu pour se maintenir en permanence à la température de 37,5°C. Si la température extérieure est trop chaude, il devient difficile ou impossible pour le corps de réguler sa température seul ; à moins de le rafraîchir par des moyens extérieurs, c’est alors l’hyperthermie, la fièvre, qui peut créer des troubles respiratoires, musculaires ou neurologiques.

Dans ces conditions, l’efficacité du travail est évidemment difficile à préserver, et la santé des travailleurs peut même, dans certains cas, être menacée.

Où est la limite ?
D’après le centre belge de la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail, les températures maximales acceptables sont de :
30°C pour du travail léger ;
26,7°C pour les travaux semi lourds (conduite d’engins lourds, travaux soutenus des mains et des bras) ;
25°C pour les travaux lourds (manutention, travaux manuels etc.).
Attention, cette gradation vaut pour la température « globe humide », qui tient compte de l’humidité dans l’air et du rayonnement ; les températures indiquées sur un thermomètre habituel dans les mêmes conditions sont en général plus élevées.

Des mesures à prendre
Même si elles sont atteintes et dépassées, ces températures ne signifient pas le droit d’abandonner votre poste, mais simplement que votre employeur doit prendre des mesures adéquates, qui peuvent aller selon les circonstances de la fourniture de boissons fraîches à l’augmentation du personnel pour diminuer les cadences de travail, en passant par la mise en place de moyens de climatisation.

Vous n’êtes pas sans recours
En attendant, vous n’êtes pas dépourvu(e) de moyens pour résister à la chaleur. Quand l’été se fait trop torride, pensez à :

vous vêtir en conséquence, en privilégiant le coton et autres fibres naturelles et des vêtements amples, de couleurs claires ;
manger froid, ce qui aidera votre corps à rester frais, et des aliments qui vous aideront à vous hydrater (fruits, salades, soupes froides). Pensez aussi à ne pas trop manger – multipliez plutôt les prises si vous avez faim ;
vous hydrater très régulièrement : au minimum 1,5 litre par jour, en petites fractions (un verre tous les quarts d’heure, par exemple) ;
fermer les volets ou les stores sur les façades qui sont ensoleillées pour vous protéger du rayonnement solaire ;
ventiler autant que possible votre lieu de travail, parce que la circulation de l’air augmente l’évaporation qui permet de faire diminuer la température ambiante. Attention, l’utilisation d’un ventilateur est déconseillée à partir de 32°C (il ne ferait qu’augmenter la température dans la pièce où vous l’utilisez) ;
éliminer toutes les sources potentielles de chaleur (ordinateurs ou appareils électriques non utilisés, par exemple).

Source: http://www.e-sante.fr/