Vous venez de faire une chute et vous avez le genou tout écorché ? Adieu jupes et shorts ?

Pas question ! Voici quelques conseils pour éviter que cette plaie ne se transforme en une vilaine cicatrice.

Comment traiter une plaie pour qu’elle cicatrise au mieux et au plus vite ?

Veillez avant tout à bien nettoyer la plaie, avec de l’eau et du savon. Si vous vous êtes coupé(e) ou blessé(e) avec un objet sale, il faut en outre désinfecter avec une lotion antiseptique.

Enlevez absolument tous les débris tels que cailloux ou poussières. Ils empêchent une bonne cicatrisation et pourraient former une sorte de « tatouage ».

Couvrez avec un pansement imperméable et non adhérent, comme ceux indiqués pour les ampoules aux pieds, en plastique transparent.

L’objectif ?

Maintenir la plaie en milieu humide, ce qui favorise la cicatrisation.

Surtout ne laissez pas sécher à l’air libre. Gardez le pansement en place au minimum 48h. Si vous le retirez plus tôt, les cellules en train de se régénérer risquent d’être arrachées.

Comment améliorer la cicatrisation ?

La cicatrisation est un processus naturel de régénération de notre corps. Lorsque le derme, situé sous la surface de la peau, est endommagé, l’organisme produit des fibres de collagène, une protéine.

Celles-ci comblent la plaie et l’épiderme (la surface de la peau) peut alors se reformer. Pour favoriser ce processus, des crèmes au collagène ou à l’acide hyaluronique, disponibles en pharmacie, peuvent être appliquées directement sur la plaie sous le pansement.

Ces substances accélèrent la réparation du derme et donc de l’épiderme. Si vous avez dû appliquer une crème antiseptique pour désinfecter la plaie, attendez d’abord quelques jours qu’elle fasse effet.

Passez ensuite à l’une de ces crèmes cicatrisantes. Nous ne sommes pas tous égaux face aux cicatrices… Nous avons tous quelques « blessures de guerre » qui nous rappellent notre enfance.

Le fruit de nos nombreuses chutes ?

Pas seulement ! Les peaux jeunes donnent des cicatrices plus marquées.

Chez les personnes âgées, les cicatrices sont moins marquées, mais le processus de cicatrisation est plus lent. A la clé, un risque de plaies chroniques. D’origine asiatique ou africaine ? Vous avez tendance à « sur-cicatriser ».

Résultat : une cicatrice plus épaisse, bombée, que l’on appelle chéloïde. Vos cicatrices sont en outre plus visibles car plus pigmentées.

Les zones du corps souvent en mouvement, comme le dos, donnent des cicatrices plus larges car les bords de la plaie ont tendance à s’écarter. Plus la plaie est nette, mieux elle cicatrise. Une blessure suite à une chute laissera plus de cicatrices qu’une coupure au couteau ou une intervention chirurgicale.

Comment atténuer une cicatrice ?

Une fois la plaie cicatrisée, quelques gestes peuvent en améliorer l’apparence finale : Tant qu’une rougeur persiste, éviter de l’exposer au soleil. La cicatrice se pigmenterait. Si la cicatrice semble rigide, la masser pour l’assouplir.

Si la cicatrice est bombée, appliquer des plaques de compression en silicone, disponibles en pharmacie, pour l’aplatir. Votre dermatologue pourra aussi vous prescrire de la crème à la cortisone, qui stoppe la multiplication des cellules.

Peut-on faire « disparaître » les cicatrices ?

Plusieurs techniques ont été développées pour tenter d’atténuer les cicatrices.

Parmi elles, l’injection de collagène pour combler les cicatrices en creux, qui peuvent notamment apparaître suite à de l’acné.

Ou encore le laser et le peeling qui enlèvent les couches superficielles de la peau. N’espérez cependant pas de résultats miracles ! Et ne négligez pas le risque de vous retrouver avec une cicatrice plus prononcée qu’avant.

Avant de vous lancer dans un de ces procédés coûteux, pesez donc bien le pour et le contre : en avez-vous vraiment besoin ?

Il faut attendre au moins un an avant d’avoir une idée de ce à quoi une cicatrice va réellement ressembler. Une cicatrice très vilaine au début peut très bien devenir quasiment invisible quelques années plus tard ! Restez donc confiant et armez-vous de patience !