femme

La sécheresse vaginale est souvent associée à la ménopause, cependant, près de la moitié des femmes sont confrontées à ce problème à un moment ou un autre de leur vie, sans que la fin de la fertilité soit en cause. Certains médicaments ou contraceptifs, une période de stress ou d’anxiété, l’abus de tabac, d’alcool ou de stupéfiants, une infection génitale peuvent expliquer la sécheresse vaginale. Il existe néanmoins des astuces pour l’éviter !

Astuce n° 1 : pourvu qu’elle soit douce
La sécheresse vaginale est en réalité un manque d’hydratation des muqueuses du vagin, et des produits agressifs peuvent fortement perturber la flore vaginale, qui a un équilibre précaire. Il est donc essentiel de choisir des produits d’hygiène intime non agressifs, sans antiseptiques et qui respectent le pH des muqueuses – soit neutre ou légèrement acide. Il est préférable d’utiliser un savon plutôt que des lingettes intimes, qui sont souvent trop « décapantes ». La douche vaginale est à proscrire absolument, car elle détruit les bactéries indispensables au bon équilibre de la flore vaginale. Par ailleurs, évitez de porter des protège-slips en dehors de la période des règles, car ils sont très absorbants – c’est d’ailleurs ce qu’on leur demande dans ces moments-là ! -, mais à la longue ils ont tendance à dessécher les muqueuses vaginales.

Astuce n° 2 : dans le coton, tout est bon !
Même si vous raffolez des dessous affriolants et de la dentelle, si vous avez tendance à souffrir de sécheresse vaginale, il va vous falloir revenir aux bons vieux sous-vêtements en coton. En effet, les culottes, boxers et autres articles de lingerie en matière synthétique peuvent provoquer des irritations de la vulve, et donc augmenter les risques de sécheresse vaginale. De la même manière, pour éviter la compression et les frottements, il est préférable de porter des vêtements amples, plutôt que le jeans slim à la mode…

Astuces n° 3 : choisir les méthodes naturelles
Les plantes peuvent aussi venir à votre secours pour lutter contre la sécheresse vaginale : la sauge, le houblon, le lin, le soja regorgent d’oestrogènes d’origine végétale qui permettent de réhydrater les muqueuses vaginales. Vous pouvez les trouver sous forme de gélules en pharmacie. Demandez néanmoins l’avis d’un spécialiste, car les phytooestrogènes peuvent être déconseillés dans certains cas. Pour éviter les risques liés à l’automédication, vous pouvez vous tourner vers l’homéopathie : Folliculinum, Bryonia, Aluminia sont prescrits en cas de sécheresse vaginale gênante.

Astuces n° 4 : soigner les préliminaires
L’adage populaire dit que l’on a l’âge de ses artères… Cela fonctionne aussi pour les nerfs : à mesure que nous prenons des années, il faut de plus en plus de temps à nos neurones pour transformer l’excitation des préliminaires en sécrétions lubrifiantes au niveau de nos muqueuses vaginales. Donc plus le temps passe et plus les préliminaires doivent être longs pour éviter la sécheresse vaginale au cours des rapports sexuels. Par ailleurs, il a été observé scientifiquement que plus on fait l’amour et moins on risque de souffrir de sécheresse vaginale. En effet, cercle vertueux s’il en est, plus on stimule la lubrification vaginale et plus elle est efficace ! Et enfin, pour finir de vous convaincre de faire l’amour plus souvent : le sperme masculin a aussi une action bénéfique sur les muqueuses vaginales. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire…

Source : www.cosmopolitan.fr