Le soleil a des vertus incontestables pour le moral, mais pour la peau, c’est une autre histoire. Et quand notre corps ne le supporte plus, les réactions ne sont épidermiques. Rougeurs, petits boutons, démangeaisons… On fait le point pour savoir réagir face à ces désagréments qui pourraient bien gâcher nos vacances.

La lucite

L’allergie au soleil n’a rien à voir avec la sensibilité au soleil. Elle se traduit par de petits boutons rouges qui démangent, on appelle cela une lucite. Cela peut arriver à n’importe quel moment de la vie. Le problème : une fois qu’elle est apparue, elle revient tous les ans si l’on s’expose au soleil.

Comment prévenir et guérir ?

Quelques semaines avant l’exposition au soleil, on peut faire une cure de compléments à base de béta-carotène, pour ses fonctions antioxydantes. Ils vont permettre à la peau de se préparer aux UV.

Si cela ne suffit pas, on peut se faire prescrire par un médecin pour l’année suivante un traitement antipaludéen qui commence 10 jours avant le départ et se prolonge jusqu’à la fin de l’exposition solaire.

La sensibilité à la chaleur

La sensibilité se traduit par une peau qui devient rouge, une sensation d’inconfort. Elle est souvent due aux agressions climatiques subies par la peau et au fait que l’on s’applique trop de cosmétiques par frottements.

Il ne s’agit pas réellement d’une sensibilité au soleil mais plutôt d’une sensibilité thermique. Les UV du soleil étant froids (ce sont les infrarouges qui chauffent), ils ne donnent pas de sensation de brûlure. N’importe quelle crème anti-U.V ne pourrait résoudre ce problème spécifique.

Comment prévenir et guérir ?

Il existe aujourd’hui de nombreuses crèmes apaisantes pour peaux réactives à utiliser en soin de jour tout au long de l’année.

Au moment de l’exposition solaire ou de la « surchauffe », il n’y a rien d’autre à faire qu’à refroidir la peau. L’idéal est d’emmener partout avec soi une bombe d’eau minérale pour se pulvériser de l’eau tout au long de la journée.

La protection solaire

Il reste primordial pour empêcher sa peau d’être davantage sensibilisée et éviter les coups de soleil de protéger sa peau avec des indices de protection élevés. Beaucoup de gens croient encore qu’on ne bronze pas avec un indice de protection élevé. Le bronzage est simplement plus progressif et de bien meilleure qualité (on évite la peau qui pèle…).

Et même sous un parasol, on se protège. Les UV attaquent la peau par réflexion.

Pour les zones sensibles ?

Le problème se pose majoritairement pour les lèvres. Les personnes qui ont une bouche proéminente prennent souvent des coups de soleil sur cette partie du corps, qui finit par desquamer.

La plupart du temps, soit elles utilisent un baume à lèvres classique qui ne protège pas des UV, soit elles utilisent le même lait que pour le reste du visage et se trouvent confrontées à un problème de galénique trop fluide pour cette partie du visage très sollicitée.

La solution : utiliser des sticks à fort indice de protection.

Leur matière est plus épaisse que le reste des crèmes solaires, ils sont très pratiques à utiliser et le produit reste plus longtemps sur la peau que les crèmes classiques.

En cas de coups de soleil ?

On n’arrête immédiatement de s’exposer au soleil et on n’y retourne plus jusqu’a la fin des vacances. Une fois que le mal est fait, on n’a plus le choix. On recouvre la partie brûlée par une crème émolliente et si la douleur est trop forte, on se fait prescrire des dermocorticoïdes.

Quand on sait que chaque coup de soleil abîme la peau pour le reste de la vie et que notre capacité à encaisser les UV diminue à chaque exposition au soleil, on se préserve pour pouvoir profiter du soleil le plus tard possible dans la vie.