Les règles sont une période au cours de laquelle un certain nombre de phénomènes physiologiques et hormonaux se produisent, aboutissant à la libération d’un ovule.
Les cycles menstruels se succèdent de la puberté à la ménopause. Ils ne sont interrompus naturellement que par les grossesses.

La première phase du cycle s’étend du 1er au 13e jour environ et correspond à la maturation des ovules. Elle s’accompagne d’une sécrétion d’oestrogènes. Ces hormones sont responsables de l’épaississement de la muqueuse utérine, qui se prépare à recevoir et à nourrir un oeuf fécondé. Au milieu du cycle, entre le 13e et le 16e jour du cycle, un ovule (rarement plus !) parvient à maturation et est libéré dans les voies utérines. Commence alors la 2e phase du cycle, du 14e au 28e jour.

Le follicule mature qui s’est rompu pour libérer l’ovule, dégénère en une substance appelée corps jaune. Celui-ci se met à sécréter une autre hormone, la progestérone. Sous l’effet conjugué des oestrogènes et de la progestérone, la muqueuse utérine continue de s’épaissir pour accueillir l’ovule fécondé. Si la fécondation ne se produit pas, l’ovule se désintègre dans l’utérus et des fragments superficiels de la muqueuse utérine sont éliminés sous la forme de saignements mensuels, les règles. Un nouveau cycle peut alors commencer…

Vos règles sont-elles normales ?
Il faut d’abord savoir qu’il n’y a pas de cycle idéal. Le cycle menstruel commence le premier jour des règles et dure en moyenne 28 jours, parfois moins, parfois un peu plus.
Si le cycle dure un peu plus ou un peu moins de 28 jours, cela n’a rien d’inquiétant puisque les cycles compris entre 25 et 35 jours sont considérés comme normaux. L’important, c’est que les cycles soient réguliers.
Il est à noter que les femmes dont le cycle est court ovulent plus souvent, alors que celles dont le cycle est long, moins souvent. Cela peut parfois expliquer des difficultés à tomber enceinte pour ces dernières.

La deuxième phase du cycle, appelée « phase post-ovulatoire » est fixe et est comprise entre 12 et 14 jours, les variations de longueur de cycle ne dépendent, eux, que de la phase pré-ovulatoire.
De cette façon, toutes les femmes, quelque soit la longueur du cycle, peuvent connaître la date approximative de l’ovulation : Il leur suffit de retrancher 14 à la date du premier jour des règles.

Règles espacées
Si les irrégularités s’accompagnent de problèmes de peau comme de l’acné, une pilosité importante ou une prise de poids, parlez-en à votre médecin.
Des prises de sang permettront de savoir s’il s’agit d’une anomalie hormonale ou d’une insuffisance de sécrétion d’hormones mâles (androgènes), que même les femmes fabriquent, mais en très faible quantité. La pilule aide souvent à traiter ces anomalies.

Absence de règles
Avant de conclure que vous êtes enceinte ou malade, sachez qu’un fort stress peut occasionner un retard momentané des règles (dans le jargon médical on parle alors d’aménorrhée secondaire).
Mais en l’absence de règles pendant 15 jours, il faut consulter un médecin et faire un test de grossesse. L’anorexie ou un amaigrissement important et brutal, la prise de certains médicaments (neuroleptiques par exemple) peuvent