depression

Une journaliste dépressive sort la tête de l’eau en partie grâce à ses rituels beauté qui l’aident à reconstruire sa confiance en elle. Témoignage.

Dès sa première année dans une université anglaise, Grace Howard peinait à se concentrer sur ses cours de journalisme. Elle avait 20 ans quand elle a appris qu’elle souffre de dépression. « J’ai toujours su que je voulais vivre dans un grand et bel appartement avec un balcon. Ce que je ne savais pas, c’est que j’aurais bientôt envie de m’y jeter », résume-t-elle aujourd’hui, soit deux ans plus tard, auprès du magazine anglais Stylist pour faire comprendre sa détresse. Un état dépressif que la journaliste basée à Sunderland commence enfin à surmonter grâce en partie aux cosmétiques.

Une routine beauté anti-dépression

Malgré d’excellentes notes, Grace Howard abandonne la fac et se met à boire pour faire taire son anxiété. Pour son 21e anniversaire, sa mère lui offre un livre plein de conseils beauté, Pretty Honest, de Sali Hughes. Un ouvrage plein d’indulgence qui encourage l’amour propre que Grace feuillette les jours où son moral tombe au plus bas. « Durant les pires périodes, la beauté prend une signification particulière. Pour beaucoup de personnes, cela peut même être un mécanisme pour parvenir à gérer une situation difficile », écrit Sali Hughes. Des mots qui résonnent dans la tête de Grace et l’incitent à faire un tour dans sa salle de bain.

Soudain, le concept de routine beauté prend un nouveau sens et sa dimension de petit rituel répété chaque matin rassure la jeune femme pour affronter la journée. « Les matins sont devenus plus faciles quand j’ai arrêté de les considérer comme des batailles mais comme l’occasion d’investir mon énergie dans le maquillage de mes sourcils. Le sommeil a cessé d’être une source d’anxiété quand je me suis mise à me faire des massages avec des huiles au parfum relaxant pour mieux me détendre avant de dormir » raconte-elle.

« Certains patients souffrant de troubles mentaux ont en effet trouvé qu’un rituel de beauté personnel les a aidés à booster leur estime et à éprouver plus de compassion envers eux-mêmes à une période où d’autres aspects de leur vie pouvaient être incontrôlables », confirme le Dr. Eerum Afzal, médecin généraliste et auteur du blog de cosmétiques Skinformed, contacté par Grace, rapporte Stylist UK. Cette dernière admet que prendre soin d’elle ne remplace pas le travail d’un professionnel, auquel elle a d’ailleurs recours, mais que cela l’a beaucoup aidée.

Source: http://madame.lefigaro.fr/