Epilation des aisselles. Pour afficher des dessous-de-bras parfaits, épilation et déodorants s’avèrent indispensables. Le point sur les techniques anti-poils pour rester fraîche jusqu’au soir.

1. EPILATION: TRAITER LES PETITS SOUCIS

Dès qu’on se débarrasse des poils indésirables, l’épiderme réagit à l’opération. Plus ou moins selon la carnation et la technique employée. Zones plus délicates que les jambes, les aisselles (comme le maillot) ont besoin d’attentions particulières.

Petit guide pour ne pas risquer d’en rougir
Votre peau est irritée, picote. Appliquez une crème apaisante et évitez d’utiliser votre déodorant pendant quelques jours.

Vous avez des poils incarnés. Pour limiter leur apparition, rasez-vous toujours dans le même sens. Gommez la zone une fois par semaine et hydratez-la.

En cas de mycose: une crème antifongique peut en venir à bout. Pour faciliter le traitement, gardez les aisselles bien épilées. Et jetez votre déo, afin d’éviter tout risque de recontamination.

2. EPILATION AU RASOIR : FACILE!

Ses avantages : Cette méthode reste la plus simple, la plus rapide et la plus économique. Elle convient à tous les types de pilosité.

Ses inconvénients : « Les poils repoussent au bout de deux jours seulement et semblent plus durs parce qu’ils sont coupés en biseau », explique Magalie Lantz, esthéticienne et responsable d’un centre Espace épilation à Paris. Par ailleurs, le passage de la lame peut sensibiliser la peau.

Mode d’emploi : On s’équipe d’un gel à raser, pour éviter coupures et dessèchement, et d’un rasoir neuf. Ensuite, on respecte le sens de la pousse. En haut de l’aisselle, on rase vers le bas. En bas de l’aisselle, vers le haut, sans passer plusieurs fois sur la même zone.

3. EPILATION À LA CRÈME DÉPILATOIRE : RAPIDE !

Elle convient aux poils fins et nombreux.

Ses avantages : Elle fait fondre le poil en douceur, grâce à des substances qui détruisent la tige pilaire. Le résultat est sensiblement le même qu’avec un rasoir et dure environ trois jours, sauf que le poil repousse sans piquer.

Ses inconvénients : Indolore, la crème dépilatoire peut néanmoins être source d’irritations. Mieux vaut privilégier les formules pour peaux sensibles. « Son efficacité est limitée sur les poils foncés et épais. Souvent, ils n’arrivent pas à disparaître dans le délai annoncé », précise l’esthéticienne.

4. EPILATION À LA CIRE : DURABLE !

Cette épilation ne peut être pratiquée qu’en cas de pilosité importante.

Ses avantages : Elle arrache le poil avec son bulbe, d’où une repousse qui ne reprend qu’au bout de deux semaines. Pour les plus velues, elle est parfaite car « elle permet d’affaiblir le poil, qui repousse lentement et bien moins costaud à la longue », poursuit la spécialiste.

Ses inconvénients : Ce n’est pas très facile à faire soi-même.

Mode d’emploi : Il faudrait s’épiler à la cire toutes les trois semaines environ, pour laisser aux poils le temps d’atteindre la longueur idéale. A la maison, procédez exactement comme en institut : étalez la cire sur une peau sèche et n’en appliquez pas deux fois de suite au même endroit, pour ne pas sensibiliser la peau.

Mode d’emploi : Respectez le temps de pose. Appliquée plus longtemps, la crème peut irriter l’épiderme.

5. AVEC UN ÉPILATEUR : POUR LES PLUS AGUERRIES

Attention, ce type d’épilation ne convient qu’aux plus aguerries d’entre nous!

Ses avantages : Le résultat est impeccable pendant près de dix jours. Ensuite une repousse, plus fine, réapparaît.

Ses inconvénients : Ce type d’appareil a tendance à tirer fort sur le poil pour l’arracher. « Comme le creux de l’aisselle n’est pas une surface lisse, ça tire encore plus que sur les jambes », avertit Magalie Lantz.

Mode d’emploi : Même si certains épilateurs sont munis d’une fonction antidouleur ou d’une vitesse adaptée aux zones sensibles, il faut y aller tout doux. Ils sont souvent équipés d’une tête de rasage électrique adaptée aux aisselles. Le résultat est sensiblement le même qu’avec un rasage mécanique, mais sans risque de coupures.