L’espadrille n’a pas toujours joui du statut d’it de l’été qu’on lui connaît. Aujourd’hui elle est en passe d’éclipser les nu-pieds, et voici pourquoi.

Depuis plusieurs décennies, l’espadrille se distingue en emblème de la dolce vita et du farniente. La meilleure référence ? Jane Birkin dans les années 1970 en pantalon taille haute, panier en osier et compensées en corde – un look repris à l’identique depuis par Jeanne Damas et consorts. Certaines ne succombent pourtant pas à son charme : elles gardent sûrement en tête leur voisin de camping bougon, toute la journée en savates décolorées, sales voire déformées. Mais espadrille et caution classe ne sont pas incompatibles, en témoigne la sélection shopping ci-dessous. On en veut aussi pour preuve ultime ces cinq situations, dans lesquelles les emblématiques chaussures du Sud-Ouest apparaîtront bien plus séduisantes qu’une conventionnelle paire de sandales.

Au bureau…

… Pour allier confort, parfum de vacances et élégance dans l’air du temps. Parce qu’on ne cesse de piétiner dans les couloirs de notre lieu de travail et que l’espadrille a tout de la charentaise de luxe, soulier décalé, que nos collègues vont nous envier.

À un mariage…

… Où toute prise de tête est bannie et où le style effortless chic est tout aussi frais que la couronne de fleurs de la mariée. Sans compter que le talon compensé ou le fin ruban embrassant la cheville seront les meilleurs amis de notre silhouette.

À la plage…

… Sans l’angoisse du grain de sable éraflant notre sandale. Ni celle des auréoles laissées par l’eau salée de la mer sur le même cuir. Avec la satisfaction de ne pas batailler contre nos boucles de spartiates pour aller piquer une tête quand l’envie irrépressible nous prend.

Pour faire les magasins…

… Le pied protégé dans cette alternative mode du chausson. Sa semelle en corde laisse respirer la peau, et sa matière souple -lin, toile, coton- permet au pied de prendre ses aises sans l’agresser par des lanières ou autres attaches métalliques. L’absence de ces dernières permet aussi de se chausser et se déchausser en deux secondes montre en main. Et ça, c’est un indéniable plus.

En mode touriste…

… Digne représentante du style à la Française qu’on nous envie tant. Chaussures confortables et légères, les espadrilles permettront à toutes celles que les beaux jours font voyager d’arpenter Florence, Paris ou Comporta avec une nonchalance chic. Et pour les plus sportives de passage aux fêtes de Bayonne, sachez que la peña bayonnaise Or Konpon organise la troisième édition du championnat du Pays basque de lancer d’espadrilles, ce jeudi 27 juillet.

Les 23 paires d’espadrilles dont on ne pourra se passer cet été :

Source: http://madame.lefigaro.fr