Voilà : on ne fait plus assez d’enfant. 2,1 en 2009 contre 7,5 en 1960. La faute au recul de l’âge du mariage semblerait-il. Le célibat adulte serait le fléau du renouvellement de la population. En 1965 les femmes se mariaient, en moyenne, à 19 ans en Tunisie, en 2010 on passe le cap aux alentours des 31.
Une décennie qui fait perdre du temps quant à la possibilité de procréer.

C’est une des conclusions d’une conférence organisée par l’Office National de la Famille et de la population, durant laquelle, Zahia Oudah Bedidi, Démographe et Maître de conférences, est intervenue autour du thème « Transition démographique et recul de l’âge du mariage ».

Une autre cause de la baisse du taux de fécondité, décelée lors de l’étude des données, serait l’utilisation de contraceptif. Mais en fait, en analysant la société, on se rend compte que d’autres facteurs entrent en ligne de compte : le recul de l’analphabétisation, l’augmentation du taux d’instruction, l’urbanisation ainsi que le taux d’activité des femmes dans le monde.

Au-delà de la question du renouvellement des générations, et donc de la prise en charge des aînés par les plus jeunes, le problème de la baisse de la fécondité soulève des points tabous dans notre société : la question du célibat contraint, puisque, par manque de moyen comme par manque de prétendant, le mariage devient compliqué à atteindre; la question de la morale sociale, qui pose l’obligation d’avoir un enfant en étant en couple et pas en dehors; mais aussi la question du couple et une remise en question de la notion de famille, qui va peut-être évoluer vers une définition différente.

Quoi qu’il en soit les premières concernées sont les femmes. Baya.tn a donc décidé de vous poser la question : vous, combien d’enfant voulez-vous ?

Sana Sbouai