Dans un décor à leur image ou tout simplement chez eux, Giorgio Armani, Jean Paul Gaultier ou encore Elie Saab rivalisent de savoir-faire pour impressionner leurs clientes, lors de leurs défilés haute couture automne-hiver 2017-2018.

À l’heure où tant de maisons cherchent à dépayser leurs clientes en choisissant des cadres inédits, Giorgio Armani préfère les rassurer en défilant, pour ainsi dire, dans son environnement. En fond de décor du grand foyer du Théâtre national de Chaillot à Paris, se dressent les images monumentales de marbres, fresques et de lambris du palazzo Orsini. Depuis quelques mois, ce bâtiment milanais, sis au numéro 11 de la via Borgonuovo (où l’Italien a ses quartiers professionnels et privés depuis le milieu des années 1970), abrite l’atelier Giorgio Armani Privé. Ainsi, la collection se présente (quasiment) en terre connue, ne laisse pas planer de doute sur son auteur dès les premiers looks, ni, d’aucuns pourraient le regretter, ne sort de sa zone de confort.

Deux semaines après son show printemps-été 2018 pour homme sur le thème «made in Armani», le designer choisit même d’enfoncer le clou en creusant le sillon d’une esthétique qui lui est propre avec des premiers passages masculins-féminins, composés de boléros à décolleté plongeant et taille pincée portés sur des pantalons amples comme chipés aux messieurs. Les escarpins se prolongent en bas finement boutonnés sur le devant comme d’interminables corsets. Les quelque soixante silhouettes de la saison s’attachent à jouer sur des détails, des effets de matières particulières, des tissés floutés, des jacquards floraux ou des broderies rapportées, plutôt que de se risquer à des nouveaux volumes. Une ganse de cuir laqué ajoute un lien en suggérant des volutes, en formant des rosaces ou en embrassant pleinement les bustiers de robes colonnes. Parfois, une jupe bouffante, un bouillonné de gaze, de moire ou de lainage troublent la linéarité de cette proposition féminine et tentatrice, dominée par des couleurs sombres jusqu’à la mariée en noir.

Tous les passages du défilé Giorgio Armani Privé automne-hiver 2017-2018

Source: http://madame.lefigaro.fr