La kinésithérapie est un massage assez impressionnant, et même choquant de premier abord, pour certains parents, en tout cas.

Pourtant, la kiné, c’est très important de nos jours : elle peut soulager bébé de nombreux troubles respiratoires, des problèmes neurologiques (hémiplégie, infirmité motrice cérébrale) et même de certaines malformations (osseuses ou des malpositions d’un organe), au risque terrible de provoquer une crise de larmes chez maman !

Mais d’abord, qu’est-ce qu’une kinésithérapie ?

La kiné, appelée également la « masso-kinésithérapie », est « l’application d’exercices basés sur des principes scientifiques adaptés au renforcement musculaire, à l’endurance et à la mobilité de personnes ayant des limitations fonctionnelles avec un besoin prolongé de conditionnement physique ».

En d’autres termes moins « scientifiques », la kiné c’est simplement un massage destiné à traiter certaines douleurs sans médicament ou autre agent chimique.

Par exemple, pour les nourrissons atteints de bronchiolite, la kiné utilise la gestuelle, par différentes techniques (kinésithérapie respiratoire) pour aider l’enfant à expulser les mucosités.

Les tout-petits ont fortement besoin de kinésithérapie. Ils n’ont pas toujours la force de tousser et de cracher les sécrétions et mucosités qui s’installent lors d’un rhume.

Quand ils ronronnent comme un gros minet tout au long de la journée sans qu’on sache pourquoi, quand ils semblent lutter sans cesse pour tousser ou essayer de le faire, il est quasiment certain que le pédiatre va vous envoyer illico chez le kiné.

Et ce dès l’âge de six semaines, s’il n’a pas d’antécédents en maladies respiratoires. En moyenne, six à sept séances sont généralement prescrites.

Pour la bronchiolite, qui est la maladie pour laquelle le recours à la kiné est le plus fréquent, le traitement se fera en deux temps : tous les jours au début, puis, tous les 2 ou 3 jours pour nous laisser respirer… et surtout, pour laisser respirer bébé.

En outre, la kinésithérapie respiratoire pourrait également servir comme une arme contre l’asthme. Pour les enfants, la technique de l’augmentation du flux expiratoire (AFE) est généralement indiquée.

Les lavages de nez sont indiqués lorsque les voies nasales sont bouchées, puisque le nourrisson respire préférentiellement par le nez pendant les trois premiers mois de vie.

La technique est simple : le kiné pose sa main sur l’abdomen de l’enfant, et appuie plusieurs fois jusqu’à ce que bébé tousse et crache. Pour les bébés qui ont de la difficulté à tousser, la technique de la « toux provoquée » est utilisée : à la fin d’une inspiration, le kiné appuie sur la trachée et déclenche le réflexe de toux.

Source : http://www.stop-bebe.com