L’allaitement maternel n’en a pas fini de révéler ses vertus ! Il était certes déjà connu qu’il permettait de diminuer le risque d’asthme chez les nourrissons.

Mais des chercheurs néerlandais viennent de démontrer que plus la période d’allaitement exclusif ne se prolongeait, et plus le risque d’asthme ne s’éloignait !

Les scientifiques de l’Erasmus Medical Center de Rotterdam (Pays Bas) se sont attachés à évaluer l’impact de l’allaitement ainsi que de l’introduction progressive d’autres aliments, solides ou liquides, sur la santé de 5 000 enfants. Pou ce faire, ils ont adressé des questionnaires à leurs parents.

Ces derniers les ont remplis à quatre reprises, à l’occasion des premier, deuxième, troisième puis quatrième anniversaires de l’enfant.

Les résultats ont montré que les petits qui n’avaient jamais été allaités au sein, présentaient un risque accru de respiration sifflante, d’essoufflement, de toux sèche ou grasse persistante pendant les 4 premières années de leur vie.

Et cela, comparés aux enfants allaités pendant plus de 6 mois. Le même constat a pu être établi parmi les enfants dont l’alimentation avait été peu à peu, diversifiée.

Cette étude est la première à montrer un lien entre la durée d’allaitement exclusif et la survenue éventuelle d’épisodes asthmatiques. Il en ressort clairement que la durée optimale d’allaitement exclusif est obtenue avec un minimum de 6 mois.

Ce qui d’ailleurs correspond aux recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS)…

Source : http://www.destinationsante.com