La consommation quotidienne de viande (de volaille ou de bœuf) serait à l’origine d’une prise de poids à long terme, indépendamment de la quantité de calories ingérées.

La nutrition est un domaine complexe où beaucoup d’avis contradictoires se font face. La viande rouge est un des aliments riches en fer et en protéines, préconisée par quelques régimes tel Atkins ou Dukan mais bannie par d’autres.

En effet, la forte quantité de protéines rassasie et limite l’ajout d’autres aliments qui eux favoriseraient la prise de poids, mais la viande peut aussi être riche en graisses.

Afin d’essayer de mettre tout le monde d’accord, une étude de grande envergure a été réalisée dans des pays européens dans le cadre d’un grand projet nommé European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC) qui s’intéresse à de multiples facteurs de risques (activité physique, la nutrition, la consommation d’alcool, l’arrêt de la cigarette, manger hors de chez soi, l’obésité).

Une partie de l’étude, menée par Anne-Claire Vergnaud à l’Imperial College London, s’est particulièrement intéressée au lien entre la consommation de viande et la prise de poids.

Leurs habitudes alimentaires et de vie ont été analysées sur une durée de 5 ans grâce aux réponses fournies par les volontaires à un questionnaire adapté en fonction du pays.

La consommation excessive de viande, de bœuf ou de volaille, favoriserait la prise de poids, mais aussi l’augmentation des risques de maladies cardiovasculaires et des risques de cancer.

250 grammes de viande par jour = prise de poids

Cette étude, publiée dans American Journal of Clinical Nutrition, indique que les personnes consommant quotidiennement 250 grammes de viande, tout type confondu (rouge, blanche ou charcuterie) ont pris en moyenne 2 kilogrammes au bout des cinq ans.

Ce résultat s’observe à la fois chez les hommes et chez les femmes, indépendamment de leur âge, de leur activité physique, des calories globales ingérées ou du type de nourriture consommée à côté. De plus, cet écart s’observe aussi pour les personnes de poids normal et pour celles en surpoids, pour les fumeurs ou les non-fumeurs.

Toutefois, il semble que l’étude montre des biais : ainsi, les volontaires ayant participé à l’étude ont eux-mêmes déclaré leur poids, ce qui ne permet pas de déterminer avec précision et rigueur la différence de poids avant et après l’étude. Les apports alimentaires déclarés peuvent aussi s’avérer erronés puisqu’en général les personnes évaluent mal leur consommation quotidienne.

Les chercheurs responsables de l’étude concluent tout de même en déclarant qu’il vaut mieux diminuer la quantité de viande consommée, pour éviter une prise de poids à long terme.

D’autres études complémentaires indiquent que ce n’est pas la seule raison de limiter son apport en viande : elle est source de cholestérol et donc de risques d’accidents cardiovasculaires, elle favorise aussi le cancer du gros intestin.

On vous rabâche sans cesse qu’il faut manger moins gras, moins sucré, moins salé, et consommer cinq portions de fruits et légumes par jour.

Manger varié et équilibré est en effet une source de bien-être et de bonne santé. Alors, bannir la viande serait exagéré, mais mangez-en moins et pensez aux autres apports protéinés comme le poisson ou les produits laitiers.

Source : http://www.futura-sciences.com