Depuis les années 80, la mélatonine fait parler d’elle pour ses effets sur le sommeil et le « jet lag » dû au décalage horaire. Le point sur les bienfaits de cette hormone, que l’on trouve désormais sous forme de médicament et de complément alimentaire.

hormone

Qu’est-ce que la mélatonine ?
La mélatonine est une hormone sécrétée par une petite glande du cerveau, la glande pinéale, à partir de la tombée de la nuit. On la trouve aussi à l’état naturel, mais en faible quantité, dans de nombreux aliments : tomates, riz, pommes de terre…

À quoi sert la mélatonine ?
En signalant à l’organisme qu’il fait nuit, elle « ouvre la porte du sommeil » : elle exerce un effet sédatif (calmant) et facilite la baisse de la température du corps. Dans certaines situations (exposition à la lumière artificielle, décalage horaire…), la sécrétion de mélatonine peut être contrariée et on a alors du mal à trouver le sommeil. Sa production diminue aussi avec l’âge.

La mélatonine est utiliée pour prévenir le « Jet lag »
La mélatonine est surtout intéressante lors des déplacements vers l’est. Par exemple, pour six heures de décalage horaire de New York à Paris :
– Prendre 1 à 3 mg le jour du départ, vers 16 heures, heure locale, pour se caler sur l’heure française.
– Continuer les quatre ou cinq jours qui suivent, vers 22-23 heures, avant le coucher. Au-delà de sept heures de décalage, ne pas prendre la mélatonine avant 15 heures (heure locale), car son effet pourrait être nul ou s’inverser.

Quel est l’intérêt d’un médicament à libération prolongée ?
La mélatonine à libération progressive ne se contente pas de faciliter l’endormissement. Elle procure aussi des nuits plus réparatrices, notamment lors des insomnies liées à l’âge. Des études cliniques menées chez des plus de 55 ans ont montré une amélioration de la qualité du sommeil et de la vigilance du matin, ainsi qu’un endormissement plus rapide et une meilleure qualité de vie. Circadin® a ainsi obtenu son autorisation de mise sur le marché pour l’insomnie primaire (difficultés à dormir sans cause particulière, comme une dépression) chez les personnes de plus de 55 ans.

En pratique, comment faut-il le prendre ?
Le mode d’emploi est simple : il suffit d’en prendre un comprimé (2 mg) après le repas du soir, une à deux heures avant de se coucher. La durée recommandée du traitement est de trois semaines, mais son efficacité persiste plusieurs mois. Contrairement aux somnifères et aux anxiolytiques, la mélatonine n’entraîne pas de somnolence le matin et ne provoque pas de problèmes à l’arrêt (le fameux « effet rebond » avec insomnie et anxiété). Au contraire, elle « permet de récupérer un sommeil physiologique en renforçant le battement de l’horloge interne », affirme le Dr Bruno Claustrat, biologiste honoraire des hôpitaux de Lyon au service d’hormonologie.

La prise de mélatonine est-elle pour autant anodine ?
Non, car il peut y avoir des interactions avec d’autres médicaments : elle risque notamment d’augmenter l’effet de certains anticoagulants, antidépresseurs et antibiotiques. D’autre part, elle est déconseillée chez les personnes souffrant d’insuffisance rénale ou hépatique.