Les femmes ménopausées qui ont une alimentation riche en vitamine D seraient moins susceptibles que les autres de souffrir de dépression, selon une étude rapportée par le site internet LaNutrition.fr.

Les scientifiques de l’University of Massachusetts ont suivi 81 189 personnes âgées de 50 à 79 ans afin d’étudier la relation entre la vitamine D et la dépression.

La consommation de vitamine D des participantes a été évaluée au début de l’étude. Les symptômes de dépression ont été évalués au début de la recherche et trois ans après.

Résultats: chez les femmes qui consomment plus de 800 unités internationales (UI) de vitamine D par jour, les symptômes de dépression ont été réduits de 21% par rapport aux femmes qui en consomment moins de 100 UI par jour.

Du côté des femmes qui ne présentaient aucun symptôme dépressif au début de la recherche, la consommation de 400 UI de vitamine D quotidiennement entraîne une réduction de 20% du risque de dépression.

Selon les chercheurs, «ces résultats démontrent que la consommation de vitamine D, principalement d’origine alimentaire, peut diminuer l’incidence de dépression chez les femmes ménopausées.

Toutefois, des études complémentaires devront être effectuées pour savoir si l’accroissement de la consommation de vitamine D peut permettre de prévenir la dépression, de la traiter, ou les deux».