Le lissage brésilien laisse les cheveux soyeux et lisses, mais peut être toxique. Découvrez quels en sont les risques.

Ce traitement m’intriguait depuis que j’ai vu les résultats sur une amie aux cheveux épais, touffus et crépus. Elle m’a dit: «Cela a changé ma vie! Je suis débarrassée des frisottis et mes cheveux sont incroyables, à voir et à toucher.»

Le traitement brésilien, parfois appelé lissage à la kératine, est de plus en plus populaire. Les produits réagissent avec la kératine des cheveux pour en rendre leur couche superficielle plate. «Le corps du cheveu devient alors plus rigide et lisse, explique Doug Schoon, chimiste californien qui conseille l’industrie de l’esthétique. Le traitement demande d’une à trois heures, et son effet dure trois mois. (Par opposition, le traitement thermique japonais, essentiellement une permanente, demande toute une journée au salon.)

En quoi consiste ce traitement?
Voici en quoi consiste le traitement brésilien. Un technicien muni de gants en caoutchouc enduit de solution chaque cheveu, à partir de 0,65 cm (1/4 po) du cuir chevelu jusqu’à la pointe. Les cheveux sont séchés au séchoir et traités au fer à lisser. La solution doit rester dans les cheveux pendant 72 heures, période pendant laquelle vous ne pouvez même pas repousser les cheveux derrière vos oreilles. Ensuite, vous retournez au salon pour un shampooing spécial ou vous le faites à la maison. Les prix varient de 300 $ à 500 $, selon le salon de coiffure et la longueur de vos cheveux (fixer sur le champ le prochain rendez-vous peut changer le prix).

Mais il y a un important inconvénient. Mon amie m’a dit que respirer les vapeurs nocives la rendait presque malade. Peu de temps après, Santé Canada a émis un avertissement déclarant «inacceptable la teneur en formaldéhyde» d’un produit appelé Brazilian Blowout. Inquiète, elle a vérifié avec son salon, mais celui-ci utilise une autre marque. «Ma recherche sur Google révèle qu’il ne contient pas de formaldéhyde» dit-elle. Elle n’arrive pas à savoir ce qui cause ces émanations. Il est difficile de déterminer si le produit pour son traitement contient du formaldéhyde, car les fabricants ne fournissent pas toujours une liste complète des ingrédients. «Je commence à me demander, ce que nous devons faire pour ressembler à Jennifer Aniston? Et quel en sera le prix?»

Le débat sur les composants
Le formaldéhyde, oui, c’est bien ce qui est utilisé pour embaumer. Ce produit est cancérigène chez les humains en cas d’inhalation pendant une longue période. Il est utilisé dans de nombreux cosmétiques comme agent de conservation. Au Canada, sa teneur ne peut dépasser 0,2 %. L’avis de Santé Canada à propos de Brazilian Blowout établit le pourcentage de formaldéhyde à 12 % (un avis suivant disait 8,4 %). Le ministère a fait des tests après avoir reçu des plaintes faisant état de sensations de brûlure aux yeux, au nez et à la gorge, de difficultés respiratoires et d’un cas de perte de cheveux.

Cependant, Doug Schoon affirme que le formaldéhyde est un gaz et qu’un gaz ne peut être considéré un ingrédient d’un produit. (Le formaldéhyde est un sous-produit de la chaleur. Le fer à lisser passant sur la solution en libère des traces infimes dans l’air. Toutefois, la mise en garde de Santé Canada englobe toutes les formes de formaldéhyde et affirme qu’un niveau élevé, peu importe la forme, pose un risque.) En règle générale, dit Doug Schoon, les traitements de lissage brésilien contiennent du formol, un fixatif formé lorsque le formaldéhyde se mélange avec de l’eau et du méthylène glycol. «Le dictionnaire international de nomenclature des cosmétiques définit le formol sous le nom méthylène glycol» me dit-il. Le chimiste californien convient que les individus sensibles peuvent éprouver des symptômes temporaires, comme l’irritation des yeux ou de la peau, des maux de tête ou une difficulté à respirer. Il conclut: «Ces résultats suggèrent que les salons devraient améliorer leur ventilation.»

Cherchant d’autres réponses, je me suis tournée vers David Palmer, professeur et chef, par intérim, du département de Chimie à l’Université de la Saskatchewan. «Techniquement, ce produit peut être appelé méthylène glycol, mais cela ne signifie pas que vous pouvez en mettre sur votre tête. Un autre nom ne le rend pas plus sûr, il libère toujours du formaldéhyde, spontanément, à température ambiante, et plus rapidement lorsqu’il est chauffé. Si la ventilation pose problème, n’est-ce pas là un avertissement?»

Qu’en est-il des traitements qui prétendent ne pas contenir ces ingrédients, comme Keratin Complex? Roberto Barbosa, propriétaire du salon Escape, de Toronto, qui offre ce service, explique: «Il contient de l’acide timonacique, qui, lorsque chauffé à plus de 235 °C (450 °F), se décompose en quantités infimes de formaldéhyde. Mais nos fers à lisser n’atteignent pas 235 °C (450 °F)» (ce produit est interdit en Australie et dans certains pays d’Europe).

L’avenir du lissage capillaire brésilien
Ce traitement convient bien aux chevelures qui doivent être maîtrisées et beaucoup de femmes en aiment les résultats, fait remarquer Darren Praznik, président de l’Association canadienne des cosmétiques, produits de toilette et parfums (ACCPTP): «Le débat scientifique a toujours cours. Nous apprécions l’engagement de Santé Canada et son rôle d’examinateur indépendant, soucieux des risques pour les consommateurs. Le ministère reste l’arbitre ultime.»

Gary Holub, responsable, à Santé Canada, des relations avec les médias en ce qui a trait à la réglementation, affirme: «Nous continuons d’étudier des rapports d’incidents liés à d’autres produits de lissage brésilien des cheveux.»

Jusqu’à ce que d’autres marques soient testées et les résultats publiés, excusez le calembour, cela dresse un portrait flou de la situation. En attendant, si vous êtes réticente à demander ce traitement, consolez-vous parce que les vagues et les boucles sont à la mode cette année.

Source: http://www.plaisirssante.ca