stress1

Perte ou gain de poids, problèmes de peau, perte de cheveux ou encore troubles du sommeil : le stress peut avoir un impact considérable sur notre santé. D’ailleurs, il pourrait même être à l’origine de pertes de mémoire.

Travail intense, relations toxiques, tâches du quotidien mais aussi problèmes de famille : tous ces éléments jouent sur notre niveau de stress. Donc sur notre santé. En effet, le stress peut se révéler particulièrement néfaste pour la santé, et ce, sans que l’on ne s’en rende compte.

Pour preuve, des chercheurs de l’université de neurosciences située dans l’Ohio, aux Etats-Unis, viennent de révéler que le stress pouvait engendrer des pertes de mémoire et impacter sérieusement la mémoire à court terme des individus.

Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont procédé à des tests sur des souris.

En premier lieu, ils ont installé une souris dans un petit labyrinthe et l’ont laissé chercher le chemin de la sortie. Ils ont répété l’opération plusieurs fois de telle sorte que la souris connaisse par coeur le chemin de la sortie.

Ensuite, ils ont remis la souris dans le labyrinthe mais ont, cette fois-ci, introduit une autre souris dressée pour être agressive et dominante. Cette dernière avait pour but d’apporter une source de stress à l’autre souris.

Exposée une première fois à la pression de la deuxième souris, la première souris n’a pas eu de mal à trouver la sortie.
Mais plus les visites de la deuxième souris se sont fait fréquentes et plus la première souris avait du mal à trouver la sortie.
A tel point qu’elle avait fini par l’oublier et semblait prise au piège.

Des conséquences sur le long terme…
En plus de ces travaux empiriques, les chercheurs ont également procédé à des tests sur le cerveau de la première souris. Ils se sont rendus compte que la pression et le stress exercé par la seconde souris avait eu un impact considérable sur son cerveau.

Une inflammation était notable sur le cerveau de la souris soumise au stress : face à la pression, le système immunitaire de la souris a produit des macrophages (cellules produites par le système immunitaire là où il y a inflammation) dans son hippocampe (partie du cerveau qui contrôle aussi bien la mémoire que les émotions).

Pire, durant les quatre semaines suivant les tests, la souris a fui les interactions sociales et possédait tous les symptômes de la dépression.

Face à cette réaction, les chercheurs lui ont administré des médicaments destinés à traiter l’inflammation qu’elle avait dans le cerveau. Malgré la disparition de l’inflammation, des macrophages et le retour de sa mémoire, ses symptômes dépressifs ont perduré.

… qui dépendent du temps d’exposition à la source du stress
Néanmoins, les chercheurs ont établi que ces conséquences étaient uniquement dues à un stress chronique, c’est-à-dire à une pression exercée de façon constante et répétée sur une période assez longue.

Un épisode de stress ponctuel n’aurait, selon eux, pas de tel impact.
Cela signifie que ce sont les situation stressantes sur du long terme qui peuvent engendrer des pertes de mémoire.
Il convient donc d’intervenir vite afin de ne pas se laisser prendre dans l’engrenage du stress et ainsi réduire l’impact de ce dernier sur la santé.

Source: http://www.aufeminin.com/