Les aliments « light » pourraient bien vous faire prendre du poids plutôt que de vous en faire perdre, d’après certains scientifiques.

Ceux-ci ont découvert que, dans les aliments « normaux », le goût de la graisse ou du sucre informe le corps de ce qu’il ingurgite et décide de faire chauffer la machine afin de brûler les calories. Ce qu’il ne ferait pas lors de l’ingestion d’aliments « light ».

L’absence de ce goût perturbe le corps, qui ne sait pas trop à quel type d’aliments il a à faire. De plus, il se dit que le niveau maximum de graisses et de sucres n’est pas encore atteint et nous pousse alors à manger plus. Ce sont les conclusions obtenues par une équipe de chercheurs américains de l’Université Purdue, dans l’Indiana, suite à une étude réalisée sur des rats de laboratoire.

Ok, je peux continuer à manger
Le professeur Susan Swithers explique: « Substituer une partie de l’alimentation avec des aliments similaires mais avec moins de calories semble une approche de bon sens pour perdre du poids, mais il ya d’autres fonctions physiologiques impliquées ».

« Ces substituts sont censés imiter le goût du gras dans les aliments qui sont normalement riches en matières grasses tout en offrant un faible nombre de calories, mais ils peuvent finir par perturber le corps ».

« Les goûts alertent le corps qui s’attend alors à recevoir des calories, et quand ces calories ne sont pas présentes, le système devient inefficace et le mécanisme de contrôle de la prise alimentaire devient inefficace ».

Les vrais chips mieux que les light
Les chercheurs ont réparti des rats en deux groupes: un avec un régime alimentaire faible en graisses et l’autre avec un régime alimentaire riche en graisses. Ces groupes ont encore été divisés en deux groupes plus petits.

Un groupe de chaque régime a été nourri avec des chips gras et l’autre avec des chips light en complément de leur alimentation. Après 28 jours, les animaux ayant suivi le régime riche en graisses et ayant reçu les chips light avaient pris plus de poids et développé plus de tissus adipeux que les rats ayant mangé les chips gras. Cette étude a été publiée par l' »American Psychological Association ».

Source: http://www.7sur7.be