maux-ventre-regles-main-694

De la puberté à la ménopause, les règles font partie de la vie des femmes et sont généralement porteuses de symptômes désagréables et de douleurs. Bien que ce ne soit pas forcément la peine de s’inquiéter, il peut s’avérer utile de consulter, au moins pour se rassurer.

De la puberté à la ménopause, les règles font partie de la vie des femmes et sont généralement porteuses de symptômes désagréables et de douleurs. Bien que ce ne soit pas forcément la peine de s’inquiéter, il peut s’avérer utile de consulter, au moins pour se rassurer.

En quelques mots…

Appelées de manière plus scientifiques, les menstruations ou flux menstruel, les règles marquent le début du cycle hormonal chez la femme.

Ainsi, tous les mois l’utérus se débarrasse de la couche superficielle de sa muqueuse qui, n’ayant pas accueilli d’ovule fécondé, provoque un écoulement sanguin qui dure généralement 3 à 7 jours selon les femmes. Puis l’utérus prépare une nouvelle muqueuse pouvant accueillir un ovule fécondé (grossesse) ou non (règles).

La dysménorrhée

Beaucoup de symptômes peuvent accompagner la venue des règles : changement d’humeur, maux de tête, petits boutons… Cette période peut être synonyme d’inconfort, notamment par l’apparition de douleurs abdominales basses, appelées dysménorrhées. Ces douleurs débutent généralement un peu avant ou dès le premier jour des règles, cependant toutes les femmes ne sont pas concernées. 50 % en souffriraient. Ces douleurs se manifestent généralement sous la forme de crampes et sont dues à la contraction des muscles de l’utérus qui expulsent l’ovule non fécondé de la paroi utérine.

Il n’est donc pas la peine de s’inquiéter si des douleurs abdominales apparaissent à cette période. Votre médecin ou gynécologue peuvent vous prescrire ce qu’il faut pour réduire les douleurs. Vous pouvez aussi vous plongez dans un bon bain chaud qui vous aidera à décontracter vos muscles et à réduire l’intensité des douleurs.

Il faut inquiéter si…

Attention tout de même si ces douleurs apparaissent soudainement chez une femme qui jusque-là n’avait pas de problème. Faites attention également si ces douleurs se répètent de façon anormale et de façon trop violente. Dans ce cas, il est important de prévenir son gynécologue qui demandera éventuellement des examens complémentaires.

Le risque de Endométriose

Il s’agit d’un trouble gynécologique qui concerne 6 % des femmes et se caractérise par des douleurs chroniques dans le bas-ventre. Ces douleurs sont provoquées par la présence de tissu endométrial en dehors de l’utérus. Cela peut provoquer des lésions ou des kystes dans certains organes, souvent les organes génitaux, mais d’autres endroits peuvent aussi être concernés, la vessie ou les intestins par exemple.

Les conséquences de cette maladie peuvent être très graves si elle n’est pas diagnostiquée à temps. Elle peut notamment entraîner des stérilités.

Le risque de grossesse

Si des douleurs surviennent alors que les règles ne sont pas apparues normalement, il faut penser à une grossesse, à une grossesse extra-utérine ou à une fausse couche.

Dans le cas de la grossesse extra-utérine, l’œuf n’est pas descendu dans l’utérus et il s’est niché dans une trompe utérine. En grossissant, il va provoquer des douleurs et peut être à l’origine d’une rupture avec hémorragie.

Dans tous les cas, si vous constatez un retard de règles et donc des douleurs anormalement présentes au niveau du bas-ventre, vous devez absolument consulter sans attendre.

Source: http://www.mesacosan.com/