L’homme est une femme comme les autres et parfois il n’a pas envie de faire l’amour. Catherine Solano, sexologue vous décode les raisons de la baisse de la libido de votre partenaire.

hoomes

Un dysfonctionnement sexuel

Trouble de l’érection et éjaculation précoce sont des freins fréquents au désir des hommes. Même occasionnels, ces dysfonctionnements empêchent votre partenaire de se sentir épanoui dans la relation sexuelle. La peur de vous décevoir sera plus forte que son désir et l’envie d’avoir des rapports sexuels avec vous. Il fera tout pour les éviter et se trouver confronté à ses problèmes.
Qu’ils soient occasionnels ou s’inscrivent la durée, ces troubles peuvent se réguler et se soigner par des médicaments ou des exercices physiques spécifiques.
Ce que vous pouvez faire : dans un couple, il est toujours essentiel de communiquer, rappelle la sexologue Catherine Solano. Même si ce sujet est difficile et sensible, essayez d’analyser si ce problème est récent, exceptionnel ou s’il s’inscrit dans la durée. Tentez de dédramatiser, de conforter votre partenaire, de proposer des relations sexuelles sans pénétration pour le rassurer. Si les troubles sont plus profonds, il est essentiel que votre partenaire aille consulter un médecin spécialisé.

La fatigue et le stress

Les hommes peuvent aussi être fatigués ! Et la baisse d’énergie nuit à leur sexualité et à leur libido. Le stress et les angoisses peuvent aussi bloquer le désir de votre homme.
Ce que vous pouvez faire : Catherine Solano recommande de ne jamais perdre le contact physique avec votre partenaire. Si votre partenaire est fatigué, pourquoi ne pas le dorloter, le caresser, lui faire plaisir, le câliner…. Rassurez-vous, après quelques bonnes nuits de repos, votre partenaire aura retrouvé sa libido et son énergie pour vous combler de plaisir. Si la fatigue persiste, il est recommandé de consulter un médecin. Si votre partenaire est stressé, soyez à l’écoute de ses problèmes, mais hors de la chambre à coucher. Votre lit doit rester un lieu de plaisir, de confort et de désir.

Les médicaments et la maladie

La dépression est la première cause de la baisse de la libido chez l’homme. Mais elle peut aussi causer des troubles de l’érection, et l’incapacité à atteindre l’orgasme. La prise de certains médicaments a souvent comme effet secondaire la baisse voir la perte de désir sexuel.
Ce que vous pouvez faire : demander à votre partenaire de consulter un spécialiste et au médecin de modifier le traitement.

Des émotions négatives

Parfois les émotions négatives (jalousie, colère, tristesse, irritation..) sont plus fortes que le désir. Si votre partenaire éprouve du ressentiment envers vous, il va être plus fermé, et ne voudra pas communiquer avec vous, même de manière sexuelle.
Ce que vous pouvez faire : si vous connaissez bien votre partenaire, et décelez les raisons de cette irritation, désamorcez rapidement la situation pour qu’elle ne s’envenime pas. Surtout ne vous renfermez pas aussi dans une situation de rejet. Vous entreriez dans un cercle vicieux.

La démotivation

Dans un couple, on est deux ! L’homme ne doit pas forcement être lui seul le moteur de votre sexualité. Votre démotivation peut l’avoir à terme découragé. Vos refus ont peut-être réussi à faire baisser sa libido. Votre manque d’intérêt pendant les rapports sexuels peuvent aussi générer la lassitude et un manque progressif d’envie.
Ce que vous pouvez faire : reprendre des initiatives. Affirmer à votre partenaire votre désir, montrer lui vos envies et sautez lui dessus ! Pendant vos relations sexuelles, soyez communicative, et exprimer votre plaisir. Votre libido et la sienne seront au beau fixe et vos relations sexuelles seront à nouveau épanouies et équilibrées.

Le manque d’amour

Vote partenaire ne semble plus avoir de désir pour vous. Vous vous demandez si sa baisse de désir n’est pas due à un manque d’amour. Catherine Solano rappelle que « si votre partenaire ne vous aime plus, s’il se détache de vous, ce manque de désir s’inscrira dans un comportement négatif plus global».

Le manque de confiance en soi

Sans vous en rendre compte, peut-être avez-vous au cours de vos relations sexuels induit une forme de castration, imposé un désir de performance, communiqué des réflexions négatives, critiqué vos câlins. La medecin sexologue Catherine Solano rappelle que « toutes ces situations engendrent chez votre partenaire une baisse de confiance en lui, et une peur de ne pas être à la hauteur. Donc un rejet des rapports sexuels ».
Ce que vous pouvez faire : S’il y a bien un registre où la notion de performance ne doit jamais apparaître, ce sont les relations sexuelles. Vous échangez avec un partenaire et non avec un performeur. Dans votre couple, soyez à la recherche de la confiance, du plaisir partagé, de l’échange et de l’attachement physique. L’orgasme suivra et les relations sexuelles épanouies aussi.

Un abus de pornographie

D’après la sexologue Catherine Solano, la surconsommation de pornographie n’est pas forcement bonne pour les relations sexuelles d’un couple. En effet, trop de pornographie déforme la vision de la sexualité. Si votre partenaire abuse de la pornographie, les relations sexuelles « normales » ne lui feront plus envie, il aura besoin de stimulations fortes pour alimenter son désir. De plus si la vague pornographique induit de nouvelles expérimentations, plus « libérées », elle peut aussi renforcer l’angoisse de performance des hommes.
Ce que vous pouvez faire : Même si le sujet est délicat, essayez de comprendre la motivation de votre partenaire à regarder des films pornographiques (pourquoi ne pas en regarder un avec lui ?) et tentez de rétablir le contact charnel et sexuel dans votre couple.

Votre partenaire a des pratiques sexuelles déviantes

Votre partenaire peut vous aimer, mais sa sexualité est différente. Catherine Solano explique que « si votre partenaire est paraphile, il ne peut pas avoir de désir sexuel autrement que dans le cadre de sa perversion (Sado-masochisme, fétichisme, voyeurisme…).
Ce que vous pouvez faire : pas grande chose… à moins d’avoir les mêmes perversions sexuelles.