Le rhume est une infection très fréquente du nez et de la gorge causée par un virus. Aussi appelé rhinite virale ou aiguë, il provoque un mal de gorge, des éternuements, une sensation de nez bouché et un écoulement nasal.

Ses symptômes apparaissent graduellement et persistent habituellement durant 5 à 7 jours, 2 semaines tout au plus. Plus de 100 virus différents peuvent causer le rhume.

Le rhume touche surtout les jeunes enfants, car leur système immunitaire est en développement et parce qu’ils entrent souvent en contact avec les virus responsables de la maladie. Avec le temps, le corps acquiert une immunité contre plusieurs des virus qui causent cette infection.

Les adultes sont donc beaucoup moins vulnérables. Le rhume se propage par les particules émises par les éternuements ou qui se trouvent à la surface des mains ou des objets contaminés (jouets, verres…). Les virus entrent par les muqueuses du nez, de la bouche ou des yeux. Le rhume en soi n’entraîne pas de complications.

Cependant, il fragilise les muqueuses, qui peuvent être « colonisées » secondairement par des bactéries. On parle alors de surinfection bactérienne.

Chez les enfants, la complication la plus fréquente est l’otite. Un rhume persistant peut aussi dégénérer en sinusite, en pharyngite, en bronchite, en bronchiolite ou en pneumonie. Il peut aussi provoquer des crises d’asthme chez une personne qui y est sujette.

Symptômes

Mal de gorge. Éternuements, congestion nasale. Écoulements nasaux. Les sécrétions sont plutôt claires.

Yeux larmoyants. Fatigue et maux de tête légers. Parfois, un peu de toux et une légère fièvre. Le rhume se distingue de la grippe par l’intensité moindre de certains symptômes : fièvre, mal de tête, fatigue et douleurs musculaires sont beaucoup plus intenses durant une grippe que durant un rhume. Par contre, la congestion et les écoulements nasaux sont plus caractéristiques du rhume que de la grippe.

Ce qui augmente le risque Les jeunes enfants sont les plus sujets aux rhumes. Ils peuvent contracter jusqu’à 10 rhumes par année, car leur système immunitaire n’est pas encore « habitué » à combattre les virus du rhume.

Les rhumes surviennent aussi lorsque le système immunitaire est affaibli. Cette faiblesse immunitaire peut être la conséquence d’une autre maladie, d’un stress prolongé ou d’un entraînement physique excessif (chez les athlètes).

Prévenir Remarque.

Des mesures élémentaires d’hygiène et de bonnes habitudes de vie sont la base d’une stratégie de prévention. Mesures d’hygiène Se laver régulièrement les mains et apprendre aux enfants à en faire autant. Ne pas partager d’objets personnels avec une personne enrhumée. Tousser dans le creux de son coude.

Rester à la maison lorsqu’on est malade pour ne pas contaminer les autres. Habitudes de vie Avoir une bonne alimentation.

Faire régulièrement de l’exercice physique. Ne pas fumer. Bien gérer son stress en se réservant des périodes de repos et de relaxation.

Supplémentation Ginseng. En conjonction avec un vaccin antigrippal, le ginseng réduit le nombre d’infections respiratoires aiguës, dont le rhume. Prendre de 100 mg à 200 mg d’un extrait normalisé (de 4 % à 7 % de ginsénosides), 2 fois par jour. Vitamine C.

Dans la population en général, la prise de vitamine C n’a aucun effet préventif. Par contre, la vitamine C aide à prévenir les rhumes liés au syndrome du surentraînement, chez les personnes qui pratiquent des exercices physiques intenses.

Traitements

Il n’existe pas de vaccin contre le rhume, ni de traitement réellement efficace. Dans la majorité des cas, le rhume disparaît spontanément en 1 semaine environ.

Les traitements visent à soulager les symptômes. Les antibiotiques sont inefficaces contre le rhume.

Médicaments

Acétaminophène (Tylénol®, Tempra®, Acet®).

Contre le mal de tête et la fièvre légère. Dosage maximal pour un adulte : 4 g par jour. Pour un enfant, la dose varie selon le poids. Médicaments contre le rhume (Actifed®, Advil rhume et sinus®, Benylin rhume et grippe®…).

Ces médicaments associent généralement un antidouleur de type ibuprofène ou acétaminophène, et un décongestionnant oral (pseudo éphédrine). Décongestionnants (Dristan®, Otrivin®). Vaporisateur nasal (maximum 3 jours consécutifs, pour éviter d’irriter les muqueuses du nez) ou une solution saline maison par inhalation. Recette maison de solution saline.

Dissoudre 1/2 c. à thé de sel dans 8 oz (240 ml) d’eau bouillie et refroidie. Il est bien important de respecter cette proportion, sinon on risque d’irriter les muqueuses du nez.

On peut conserver la solution dans une bouteille propre munie d’un compte-gouttes. On doit refaire une nouvelle solution tous les 3 jours.

Source : http://www.passeportsante.net