Le saignement des gencives est généralement le premier signe d’une maladie parodontale, qui peut finir par attaquer l’os et entraîner la perte des dents. C’est pourquoi on doit le prendre au sérieux.

Chez les adultes, c’est le problème dentaire le plus répandu.
La maladie des gencives, aussi appelée maladie parodontale, se développe lentement et sans douleur.

Il arrive parfois qu’on ne voit aucun symptôme avant que la maladie n’ait progressé au point de mettre une dent en danger, d’où l’importance de consulter régulièrement son dentiste.

Deux catégories de maladies parodontales

Gingivites
Elles sont une inflammation de la gencive causée par l’accumulation de plaque sur les dents. La plaque dentaire est une pellicule bactérienne molle, collante et presque transparente qui se forme continuellement sur les dents. Lorsque la plaque n’est pas enlevée chaque jour avec la brosse à dents, les bactéries qu’elle contient produisent des toxines qui irritent les gencives et causent l’inflammation.

Les gencives peuvent alors être rouges, enflées ou sensibles, et saigner au moment du brossage ou de la mastication.

Parodontites
Elles surviennent lorsque l’inflammation des gencives atteint également le parodonte, c’est-à-dire les tissus et l’os qui retiennent la dent.

Cela provoque soit un détachement de la gencive le long de la racine de la dent affectée, créant ainsi une poche gingivale et une accumulation de tartre sur la racine des dents, soit une récession gingivale, c’est-à-dire une destruction de la gencive dans toute son épaisseur vers la racine de la dent.

Dans les 2 cas, une perte d’os alvéolaire accompagne ces changements gingivaux.

Lorsque cette perte devient importante, elle peut provoquer une augmentation de la mobilité des dents et, éventuellement, la chute de celles-ci.

Les causes des maladies parodontales
Bien que l’accumulation de plaque autour des dents due à une hygiène dentaire inadéquate constitue la principale cause des maladies parodontales, certains autres facteurs peuvent contribuer à leur apparition, tels que certaines maladies qui affectent le système immunitaire, comme un mauvais fonctionnement de la glande thyroïde, le diabète, la leucémie ou le sida;

l’hérédité;
– les changements hormonaux (puberté, grossesse, ménopause, prise de contraceptifs oraux, etc.).
– le tabagisme, qui réduit la circulation sanguine dans la gencive et qui peut modifier la composition bactérienne de la bouche et la résistance immunitaire du corps;
– la prise de certains médicaments.

La prévention
Une bonne hygiène buccale est le meilleur moyen de prévenir la maladie des gencives. Pour y arriver, on doit se brosser les dents au moins 2 fois par jour pour enlever la plaque dentaire de la surface des dents. Un bon brossage dure de 2 à 3 minutes.
– Utiliser la soie dentaire chaque jour afin d’atteindre les endroits inaccessibles avec la brosse à dents. Lorsqu’on ne la passe pas, on néglige 35 % de la surface des dents.
– nettoyer notre langue quotidiennement avec une brosse à dents ou un nettoie-langue, car cela réduit considérablement la quantité de bactéries présentes dans la bouche.
– rendre visite à notre dentiste 1 ou 2 fois par année afin qu’il procède à un examen de notre bouche et au nettoyage de nos dents.

Le traitement parodontal
Le traitement parodontal vise à rétablir la santé des gencives. Il nécessite habituellement un détartrage — soit l’enlèvement de la plaque et du tartre accumulés sur les dents —, un aplanissement des racines — technique visant à rendre la racine des dents lisse une fois les débris enlevés —, et un curetage ou grattage de la plaque et des tissus enflammés des gencives.

Certains cas plus graves peuvent nécessiter un traitement chirurgical.

Source : moietcie.ca