impact

Dès les premières secondes d’une entrevue d’embauche, il est possible de se distinguer du lot de candidats. Chasseur de têtes et auteur du livre Démarquez-vous: Comment maximiser votre impact, Roger T. Duguay nous donne ses trucs.

Qu’on le veuille ou non, lors d’une entrevue d’embauche, la première impression est d’abord basée sur notre apparence. De la coiffure au maquillage en passant par l’habillement, il importe de nous présenter sous notre meilleur jour afin de mettre toutes les chances de notre côté.

Pour éviter les faux pas, Roger T. Duguay recommande de se renseigner sur le code vestimentaire de l’entreprise afin de s’y conformer dès l’entrevue. «En cas de doute, il est toujours préférable d’être un peu plus habillé que nécessaire sans toutefois tomber dans l’excès, explique l’auteur. On ne pourra jamais être blâmé d’être un peu plus chic que de rigueur. Par contre, on risque d’attirer une attention négative si on est moins habillé que requis.» Cela dit, le chic d’un cabinet d’avocats n’est pas celui d’une boîte de jeux vidéo. Il importe d’en tenir compte lors du choix de nos vêtements.

Quant au parfum et aux bijoux, mieux vaut y aller avec sobriété, conseille M. Duguay. «Si le parfum peut être incommodant pour certains, les bijoux qui s’entrechoquent ou qui cognent contre la table peuvent déconcentrer notre interlocuteur et nous désavantager.»

Attitude gagnante
Évidemment, l’apparence c’est aussi une question d’attitude. Dès notre arrivée, le recruteur s’attardera sur notre démarche, notre posture et notre sourire. On a beau être tirée à quatre épingles, des épaules voûtées, un pas hésitant ou encore une poignée de main molle risquent de traduire un manque de confiance et une grande nervosité. Pour Roger T. Duguay, on devrait toujours entrer dans une pièce comme un matador dans une arène!

«Une fois devant notre interlocuteur, une bonne posture est de mise et les regards fuyants sont à éviter, conseille l’auteur. En plus de démontrer de l’assurance et de créer un contact avec la personne, cela nous permet de voir si le recruteur trouve nos réponses trop longues ou inadéquates.»

Une entrevue, ça se prépare
«Une entrevue, c’est comme un saut en parachute, illustre Roger T. Duguay. Il est important de visualiser ce qui nous attend afin de se préparer aux imprévus. En élaborant nos réponses à l’avance, on limite les hésitations, on évite les banalités regrettables et on optimise notre impact. Surtout, il faut rester authentique. Les employeurs recherchent des candidats qui ont une bonne connaissance d’eux-mêmes. Un postulant qui n’est pas capable de nommer deux faiblesses en entrevue, c’est mauvais signe.»

Pour maximiser notre impact, il importe aussi de préparer des questions, fait valoir M. Duguay. «En plus de témoigner de notre intérêt pour le poste, cela démontre que nous avons fait nos recherches au sujet de l’entreprise. Par exemple, on peut se renseigner sur les attentes de notre potentiel futur supérieur ou demander des précisions sur la définition de tâches». Selon l’auteur, il convient toutefois d’attendre qu’on nous offre un poste avant de poser des questions sur la rémunération, les avantages sociaux, les vacances ou la possibilité de faire du télétravail. Sinon, cela pourrait être mal vu.

Source: http://www.coupdepouce.com/