medicaments

Si vous suivez un traitement, ou si vous prenez ponctuellement des médicaments, redoublez de prudence en période de forte chaleur.

Une température particulièrement élevée peut modifier l’action de certains médicaments avec un risque de surdosage ou une accentuation de la déshydratation.
Voici quelques conseils pour ne pas s’intoxiquer avec ses médicaments.

L’action des médicaments peut être altérée par la chaleur
Certains médicaments sont susceptibles d’aggraver un syndrome d’épuisement-déshydratation ou un coup de chaleur, se manifestant classiquement par :

des céphalées,
des nausées et vomissements,
des vertiges,
des pertes de connaissance,
une faiblesse musculaire,
des crampes,
une baisse de la tension,
un ralentissement cardiaque,
voire des difficultés respiratoires.
Les personnes âgées, les jeunes enfants et les personnes atteintes d’une maladie chronique nécessitant un traitement sont les plus à risque, mais nous pouvons tous être concernés.

Le dosage de certains médicaments devient inadéquat en cas de forte chaleur
En cas de déshydratation, on peut se retrouver en surdosage. C’est ainsi que l’on peut aussi risquer une intoxication médicamenteuse.

Le cas inverse peut aussi parfois se produire.

Il est donc judicieux d’adapter son traitement médicamenteux. Attention toutefois, il n’est pas question de modifier soi-même la posologie de son traitement. Cette adaptation s’envisage au cas par cas et en collaboration avec son médecin. Le médecin évaluera d’éventuels symptômes et déterminera le degré d’hydratation.

Quelques conseils supplémentaires pour ne pas s’intoxiquer en période de canicule
Ne prenez aucun médicament sans avis médical, y compris les médicaments délivrés sans ordonnance.
En cas de coup de chaleur, évitez de prendre du paracétamol, inefficace contre le syndrome et pouvant porter atteinte au foie dans ces conditions.
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont à surveiller car ils sont susceptibles d’être toxiques pour le foie en cas de déshydratation.
La prise de diurétique nécessite de vérifier que les apports hydriques (en eau) et sodés (en sels minéraux) sont adaptés.

Source: http://www.e-sante.fr/