Ce séquençage du génome de 25 tumeurs de mélanome confirme le rôle de l’exposition au soleil et révèle de nouvelles altérations génétiques.

Ces scientifiques de l’Institut Broad et Dana-Farber Cancer Institute, dans l’édition du 9 mai de la revue Nature, en analysant le génome entier de 25 tumeurs, montrent aussi comment les rayons ultraviolets accélèrent la mutagenèse dans le mélanome.

Le taux de mutations génétiques augmente avec l’exposition au soleil : Le mélanome, rappellent les auteurs, la forme la plus mortelle et la plus agressive de cancer de la peau a longtemps été associé au temps d’exposition au soleil.

Cette équipe confirme le rôle de l’exposition chronique au soleil mais explique quels sont les types de rayons ultraviolets facteurs majeurs de mutagenèse.

Le Dr Michael F. Berger, co-auteur explique, qu’en analysant le génome entier, l’équipe constate que les taux de mutations génétiques augmente avec l’exposition chronique des patients, confirmant le rôle du soleil dans le développement de la maladie.

La découverte d’une nouvelle mutation génétique « accélératrice » de tumeur : Les scientifiques ont également « retrouvé » deux mutations importantes, mais déjà connues, sur les gènes BRAF et ARN, des gènes impliqués dans la croissance cellulaire, dans 24 des 25 tumeurs analysées.

Mais également, chez 44% des patients, une mutation sur un autre gène, PREX2, précédemment impliqué dans le cancer du sein.

Dans une cohorte plus grande de validation, comportant 107 tumeurs, la fréquence de cette mutation reste élevée, de 14%.

La mutation de PREX2 semble accélérer le développement des tumeurs, en particulier sur l’animal.

Lorsque PREX2 fonctionne normalement, il interagit avec le gène PTEN, connu comme un suppresseur de tumeur et facteur de contrôle de la croissance des cellules normales.

« Nous ne pouvons pas dire que nous savons exactement comment PREX fonctionne », explique, un co-auteur, le Dr Garraway.

« PREX2 fait peut-être partie d’une catégorie nouvelle de gènes mutés « du cancer » qui mériteraient d’être ciblée dans le traitement du mélanome ».