mode-green

La mode green investit défilés et collections de ses nouvelles approches écolos, bios ou vegan. Un tournant vert pour les marques et une prise de conscience attendus depuis longtemps qui n’arrêtent en rien la créativité des designers.

Alors que l’heure est plus que jamais à l’écologie après la COP21 et aux alternatives éthiques dans les tissus, la haute couture n’est pas épargnée par cette vague verte. Chanel avait déjà annoncé la couleur fin janvier avec un défilé très écologique dans un jardin zen : liège, bois, paille et coton habillaient les it-girls du moment sur le podium devant un public enthousiaste. Une révolution pour cette griffe prestigieuse tant attachée à la tradition, et qui annonçait clairement un tournant majeur pour l’industrie.

Plusieurs marques mainstream ont déjà pris cette direction ces derniers mois avec toujours plus de lignes green chez Asos, Esprit ou encore H&M Conscious et des campagnes de communication à la hauteur de leurs efforts. Certains se concentrent sur la flore quand d’autres misent sur le respect de la faune avec un développement toujours croissant de marques vegan.

Robert Clergerie a relevé un double défi haut la main en s’associant avec Lilly Wood & The Prick pour développer une ligne de chaussures 100% natures : de la toile de coton et de la gomme naturelle pour préserver l’environnement comme les animaux. Les plus audacieux n’hésitent pas à innover et donner un second souffle aux matières, comme les sacs vegan de Matt & Nat qui sont élaborés à partir de bouteilles en plastique recyclées.

Ce mouvement green plus actif que jamais dans l’univers de la mode serait un contre-courant à la surconsommation actuelle et au gaspillage important autour de produits éphémères. Autrefois hippie et marginale, la mode green et écologique est désormais bien loin des clichés et du style approximatif. Les créateurs s’efforcent d’allier style et environnement dans des pièces contemporaines et branchées pour séduire une clientèle toujours plus exigeante.

Si le coût est certes bien plus élevé, les marges et la demande compensent largement cet investissement. Plus d’excuse donc pour les empereurs du style, il nous tarde de voir quels autres créateurs emboiteront le pas et sauront nous surprendre de leur créativité écologique.

Source: http://www.stylistic.fr/