Après un make-up intensssse.

Le soir: on démarre toujours par les yeux avec un démaquillant spécifique. Gaffe : pas de frottements (sinon, adieu jolis cils). Côté peau, on privilégie le lait pour ses qualités émulsionnantes (il enrobe et décolle le make-up).

Avec un coton ? Non, il absorbe le lait : on y va généreusement avec les doigts pour piéger le maquillage. On retire avec un gant humide ou un Kleenex avant de parfaire avec la lotion (le dernier coton doit être nickel).

Le matin: nettoyage obligatoire pour libérer la peau des sécrétions (nocturnes) de sébum et éventuellement la préparer à recevoir le make-up de la journée. On utilise sa texture chérie selon son type de peau et son (bon) plaisir.

Le truc qui fait la différence : placer la lotion au frigo. Froide, elle est plus astringente (ça optimise l’effet du soin). On la tapote avec un coton pour stimuler la microcirculation et oxygéner la peau. Si on se maquille après, mieux vaut patienter cinq minutes le temps que le pH de la peau revienne à la normale.

Après un no (ou léger) make-up.

Soir et matin, c’est idem: on choisit sa texture selon sa peau. L’huile démaquillante : massée à sec, puis émulsionnée avec de l’eau, elle nettoie impuretés et cellules mortes.

Elle laisse un film protecteur sur l’épiderme (pas besoin de lotion), idéal quand il a tendance à être déshydraté. Fâchée avec l’eau ? On adopte le duo lait + lotion. Les peaux mixtes ou grasses opteront pour le gel ou la mousse (+ l’eau) suivi d’une lotion.

Variante : l’eau démaquillante (s’utilise avec un coton et sans… eau). Peau sensible : à nous le confort du lait ou de l’huile. Merci à Chantal, chef de cabine du spa Nuxe.