deo

Alors, êtes-vous tenter de tester la tendance du « no déo » en plein été ? Il ne manquait plus que ça : après le « no poo » (traduisez « pas de shampoing »), c’est au tour du déodorant de poser problème. On vous dit tout sur ce mouvement qui fait fureur dans le mode de la beautysphère.
Cela fait plusieurs années que le déodorant fait l’objet d’études controversées sur ses dangers. Le problème, c’est que si le déodorant est réellement néfaste alors, c’est environ la moitié des femmes sur notre jolie planète qui sont en danger.

Voilà pourquoi un nouveau mouvement a émergé : le « no déo ». Vous l’avez compris, ce concept est radical : plus de déodorant du tout. Si certaines stars pseudo-écolos ont adopté fièrement cette tendance comme Cameron Diaz ou encore Bradley Cooper -elles n’ont pas peur de perdre leur sex-appeal. Cette tendance risque d’être difficile à adopter après des années de « mauvaise » habitude…

Quoi qu’il en soit, la psychose a tellement gagné de terrain, que les marques ont rivalisé d’ingéniosité en supprimant certains ingrédients qui souffraient d’une mauvaise réputation : le paraben, l’alcool et surtout, les sels d’aluminium. Ce dernier composant il y a 7 ans, a été accusé de favoriser le cancer du sein, entre autres.

Une chose est sure en tous cas, c’est que les sels d’aluminium peuvent provoquer des allergies : le très sérieux site danger-santé.org nous conseille de minimiser les risques en ne renouvelant pas l’application de déo dans la journée.

Quand on sait que ce qui angoisse le plus les femmes dans leur vie de tous les jours est de faire face à des excès de transpiration, le déodorant n’est pas prêt d’être zappé. Heureusement, car c’est à se demander en prenant le métro si une bonne majorité n’a pas adopté le « no déo »… On dira qu’ils sont écolos !

Source: http://www.stylistic.fr/