peau

« Elle ne fait pas son âge », « elle a pris un coup de vieux » : entre notre âge et celui qu’affiche notre peau, il y a parfois un décalage. Découvrez les dernières techniques utilisées par les scientifiques pour mesurer l’état notre patrimoine cutané

Les chercheurs s’accordent sur un point : il est difficile de donner un âge précis à la peau, et aucune règle standard ne fait encore l’unanimité pour mesurer l’âge de notre épiderme en se basant à la fois sur les facteurs internes (hérédité, circulation sanguine) et externes (rayons UV, pollution, hygiène de vie, etc…). Plusieurs méthodes coexistent pour calculer cet âge.

De l’observation visuelle à l’approche globale

Différentes échelles et méthodes de calcul personnalisé estiment l’âge de la peau grâce à des observations visuelles, comme les échelles de Larnier ou de Glogau. Depuis 2008, la méthode Scinexa, qui tient compte des facteurs de vieillissement intrinsèques et extrinsèques, permet de mesurer l’âge de la peau en tenant compte de l’impact différencié de ces différents facteurs. Mais toutes ces méthodes sont complexes et doivent être réalisées par des dermatologues.

La technologie au service de l’anti-âge

Les progrès technologiques ont permis de développer aujourd’hui des méthodes de diagnostic immédiat pour calculer l’âge de la peau, grâce à des techniques de scanner et de « mapping » révolutionnaires. Eucerin a ainsi développé un scanner unique en son genre, capable d’analyser la peau en mesurant neuf paramètres : hydratation, pigmentation, rougeurs, fermeté, élasticité, quantité de sébum, sudation, âge biologique et profondeur des rides. Différents modes de calculs sont disponibles, d’un simple « mapping » de l’âge de la peau à une analyse plus poussée permettant une recommandation produits ultra personnalisée.

Source: http://madame.lefigaro.fr/