L’image corporelle est très importante dans notre société. Mais qu’arrive-t-il quand une personne en fait une obsession? Tour d’horizon des troubles alimentaires qui brisent des vies.

Au moins 3 % des femmes âgées de 12 à 30 ans souffrent d’un trouble grave de l’alimentation.

Les troubles alimentaires sont des désordres complexes, qui se caractérisent principalement par des habitudes alimentaires anormales et souvent dangereuses (refus systématique de s’alimenter, vomissements provoqués, etc.), par une peur intense de prendre du poids ainsi que par une grande préoccupation de son image corporelle.

Aussi, ils sont souvent associés à d’autres problèmes sérieux comme la dépression, l’anxiété, le repli sur soi, l’abus d’alcool ou de drogues et les tendances suicidaires.

Les principaux troubles et leurs effets

Anorexie

Cette obsession de la minceur entraîne de sévères restrictions alimentaires et, par conséquent, une perte de poids importante.

Elle est accompagnée d’une peur constante de prendre du poids et d’une distorsion de l’image corporelle; les personnes qui souffrent d’anorexie sont souvent rachitiques, mais elles ne voient pas leur maigreur.

Souvent, les restrictions alimentaires s’accompagnent de la pratique exagérée d’activités physiques, de vomissements provoqués et de l’utilisation de laxatifs.

Boulimie

Elle se caractérise par des épisodes d’orgie alimentaire suivis de comportements compensatoires, dont le but est d’éviter le gain de poids; parmi ceux-ci on compte l’abus de laxatifs, les vomissements provoqués l’entraînement physique excessif et le jeûne.

Au cours d’une orgie alimentaire, une femme boulimique peut ingurgiter plus de 5 000 calories en très peu de temps (l’apport quotidien normal d’une femme se situe autour de 2 000 calories).

Par conséquent, les personnes aux prises avec la boulimie ont de fréquentes fluctuations de poids.

Hyperphagie boulimique

Ce trouble alimentaire se caractérise également par des épisodes d’orgie alimentaire, à la différence que ceux-ci ne sont pas suivis de gestes compensatoires.

Ce désordre est souvent accompagné d’un sentiment de culpabilité et de honte. Les personnes qui en souffrent sont incapables de se maîtriser lorsqu’elles mangent et présentent, pour cette raison, un surplus de poids important.

La dépression est souvent associée à ce trouble, de même que les tentatives de perdre du poids à l’aide de régimes amaigrissants.

Si l’anorexie et la boulimie affectent principalement les jeunes, l’hyperphagie boulimique se manifeste généralement à un âge plus avancé.

Des causes multiples

Les troubles de l’alimentation sont causés par une combinaison de plusieurs éléments.

Les facteurs psychologiques incluent une faible estime de soi, la sensation de ne pas être à la hauteur, le manque de maîtrise de soi, la dépression, la colère et la solitude.

Les facteurs interpersonnels sont les suivants: le fait d’avoir grandi dans une famille dysfonctionnelle, d’avoir connu des relations interpersonnelles difficiles, de ne pas pouvoir exprimer facilement ses émotions et ses sentiments, ainsi que le fait d’avoir été victime de violence physique ou d’agressions à caractère sexuel.

Quant aux facteurs biologiques, on compte l’hérédité, les antécédents familiaux de dépression et de troubles de l’alimentation, de même que les problèmes de poids.

Un autre facteur est la promotion médiatique de modèles de femmes irréalistes, et la tendance des médias à juger la valeur d’une personne selon son apparence physique.

De graves répercussions sur l’organisme

Les troubles alimentaires peuvent avoir d’importantes conséquences physiques. Les recherches montrent que 10 % des gens qui souffrent de troubles alimentaires en meurent.

Les principales causes de décès sont un arrêt respiratoire et cardiaque, un déchirement de l’œsophage et le suicide.

Les désordres alimentaires peuvent également entraîner de la constipation, des ballonnements, des étourdissements, des dérèglements hormonaux (qui cause notamment l’arrêt des menstruations), des carences en minéraux et en vitamines, de l’ostéoporose, une augmentation de la pilosité, une réduction de la masse musculaire et de l’arythmie cardiaque.

Chez les personnes qui se font vomir régulièrement, l’acide gastrique servant à digérer peut ulcérer l’œsophage et provoquer des saignements ou même des hémorragies.

Des maladies qui se soignent

Les troubles alimentaires ne sont pas incurables. Lorsqu’elles suivent un traitement approprié, de nombreuses personnes guérissent.

Les chances de guérison sont plus grandes si la maladie est détectée tôt.

La méthode de traitement la plus efficace est l’approche multidisciplinaire, qui comprend une évaluation médicale, des conseils sur la nutrition, un suivi avec un médecin ainsi que des thérapies individuelles, de groupe et familiales.

Comme les troubles alimentaires sont complexes, le processus de rétablissement peut prendre un certain temps.

Source : http://www.moietcie.ca