Du calcium en supplémentation, en plus de l’apport naturel de calcium par l’alimentation, est bien associé à un risque cardiaque accru, selon cette étude allemande de grande ampleur qui s’est penchée sur l’association calcium et incidence de crises cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) et décès par maladie cardiovasculaire, sur une période de 11 ans.

Un apport trop important de calcium fait donc, définitivement, plus de mal que de bien, selon ces conclusions publiées dans l’édition du 23 mai de la revue Heart de l’American Heart Association, surtout si c’est la seule supplémentation prise par le patient.

Or ces suppléments de calcium sont souvent prescrits à des personnes âgées et des femmes ménopausées, pour renforcer la santé osseuse, un groupe de population à risque accru d’événement cardiaque.

Alors que les chercheurs n’ont identifié aucun lien entre la quantité de calcium de l’alimentation et le risque de décès par AVC ou autre événement cardio-vasculaire, les suppléments de calcium comme seule supplémentation surtout, –précisent les auteurs- semblent présenter un risque double de crise cardiaque comparativement aux personnes qui ne prennent aucun supplément « vitaminique ».

Ce résultat suggère qu’il existe peut-être un risque double de crise cardiaque lié à cette supplémentation en calcium, mais les auteurs précisent qu’on ne peut conclure que ces suppléments sont seuls responsables de ce risque cardiaque accru.

Le fait de prendre une supplémentation pourrait être plus largement lié à un moins bon état de santé général, par exemple.

L’étude menée par des chercheurs d’universités d’Allemagne et de Suisse sur les données de 23.980 personnes, âgées de 35 à 64 ans au début de l’étude, participant à la cohorte Heidelberg de l’étude EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition study), a examiné l’association entre l’apport en calcium alimentaire ou supplémentation et survenue d’une crise cardiaque, d’un AVC ou le risque de décès par maladie cardiovasculaire.

Les participants ont été suivis pendant une moyenne de 11 ans, durant lesquels les incidents cardiaques ont été enregistrés, tout comme la consommation de calcium alimentaire totale pour un sous-échantillon de 104 participants, répartis en 4 groupes :

– Les utilisateurs de suppléments autres que le calcium (vitamines ou autres minéraux)

– Les utilisateurs de suppléments de calcium seuls

– Les utilisateurs de vitamine ou autres suppléments minéraux

– Les non-utilisateurs de suppléments

Calcium alimentaire et risque cardiaque : La seule association statistiquement significative entre les niveaux de calcium alimentaire et le risque de crise cardiaque suggère que des niveaux plus élevés de calcium sont associés à un risque cardiaque plus faible.

Dans l’ensemble, les chercheurs n’identifient aucune association entre l’apport de calcium ou la supplémentation et le risque d’accident vasculaire cérébral ou de décès cardiovasculaire.

Calcium en suppléments et risque cardiaque : En revanche,

· l’utilisation de suppléments de calcium est associée à une augmentation de 86% du risque de crise cardiaque par rapport aux non-utilisateurs de suppléments (HR : 1,86, IC : 95% de 1,17 à 2,96)

· l’utilisation, en seule supplémentation, de suppléments de calcium est associée à un risque double de crise cardiaque (HR : 2,39, IC : 95% de 1.12 à 5.12).

Les chercheurs concluent donc que le risque de crise cardiaque pourrait être sensiblement accru par la prise de suppléments de calcium et que cette supplémentation doit être prescrite et prise avec grande prudence…