rupture-amoureuse-femme-homme

Et si les hommes étaient des créatures sensibles qui ressentaient des choses pendant une rupture amoureuse ? 7 femmes sur 10 prennent la décision de rompre. Phénomène de société ou loi universelle ? Explication et décodage des hommes largués … et des femmes qui quittent !
On a tous connu une grosse rupture. LA rupture. Celle dont on se souviendra toujours. La première fois que ça m’est arrivé, il y a quelques années, j’ai cru que je ne m’en remettrai jamais. J’ai d’ailleurs compris le sens de « briser le cœur » parce que physiquement c’est vraiment ce que j’ai ressenti.

Mes amis ont tenté de me rassurer avec le fameux « une de perdue 10 de retrouvées », mais ça ne me rassurait pas. Ils ont finalement décidé de me sortir dans un bar et je me retrouve avec ma tribu autour d’une bouteille (l’équivalent d’une thérapie conjugale … de comptoir). Ils m’expliquent que ma situation est tout à fait naturelle : c’est toujours les femmes qui quittent !

QUOI ???

Je me renseigne sur le web et en effet, les femmes prennent plus souvent la décision de rompre que les hommes. « Elles sont notamment à l’origine des trois quarts des divorces » dit un sociologue, nommé François Singly. Comment expliquer ceci ? Les hommes sont peut-être sensibles et ont peur de blesser la femme en la quittant et de la voir pleurer ? Que nenni ! La raison est plus simple : « les femmes savent ce qu’elles veulent, contrairement aux hommes » selon un autre article. Outch, coup dur pour mon ego.

Plus autonome sur le plan économique, moins dépendante sur le plan affectif, la femme moderne n’a plus besoin de la bourse de son mari (sans jeu de mots) pour vivre. Même si elle gagne moins que lui, elle préfèrera quitter un couple bancal plutôt que de garder un confort financier. Ca tombe bien, je n’étais pas riche.

« L’engagement, la cohabitation, les enfants et le mariage sont des valeurs essentielles chez les femmes » me tchatte une amie sur Skype, elle m’explique ensuite : « elles se projettent, alors que les hommes sont plus souvent immatures. Chez la femme il y a une check-list à remplir. Si l’homme n’arrive pas à s’engager … alors next ! ».

La volonté d’engagement féminin expliquait donc la détermination de mon ex à rompre. Il est vrai que je n’étais pas un modèle d’engagement, mais j’ai toujours pensé qu’il fallait diviser mon âge physique par deux pour trouver mon âge mental. C’était donc cohérent. Moi qui plaisantais à l’époque en lui disant que le meilleur âge pour avoir un enfant c’était 50 ans pour un homme … Elle devait penser différemment.

Source: http://www.stylistic.fr/