L’ail, l’oignon et l’échalote font partie de la famille des liliacés. Ces condiments sont à la base du régime méditerranéen et regorgent de bienfaits pour la santé.

On connaît les propriétés diurétiques et antibactériennes des liliacées mais ils ont d’autres pouvoirs insoupçonnés… Tour d’horizon des bienfaits de l’ail et de l’oignon.

De l’ail pour protéger les artères
Une méta-analyse publiée dans une newsletter de The IFAVA Scientific en 2008 a montré que la consommation d’ail permettait de faire baisser la tension des personnes hypertendus (TAS supérieure à 140 mmHg). En revanche, elle n’a aucun effet sur les personnes ayant une tension artérielle normale. L’Organisation mondiale de la Santé indique elle-même que l’ail peut être utile en cas d’hypertension modérée.

Recette anti-tension : Mettez une gousse d’ail écrasée à macérer le soir dans un verre d’eau et buvez le jus obtenu (sans la gousse d’ail) le lendemain matin.

L’action anti-cancer de l’ail et de l’oignon
Les aliments de la famille des liliacées (ail, oignon, échalote mais aussi poireaux et ciboulette) auraient des propriétés anti-cancers grâce à leur forte teneur en composés organo-souffrés et en flavonoïdes. Une étude chinoise (partiellement confirmée par l’étude européenne EPIC) a même montré que le risque de cancer serait diminué de 60% chez les gros mangeurs d’oignons et d’échalotes.

Mais l’ail, notamment, n’est pas efficace sur toutes les formes de cancers. La AHQR (Agency for Health Research Quality), agence américaine de référence, a montré l’impact positif de la consommation d’ail sur les cancers suivants : côlon, prostate, œsophage, larynx, cavité buccale et ovaires.

L’oignon et le système cardio-vasculaire
L’oignon frais inhibe l’agrégation plaquettaire (en agissant sur différents systèmes enzymatiques), ce qui évite la formation éventuelle de caillots, et protège des risques d’obstruction des vaisseaux et de thrombose. Une équipe bordelaise a démontré que ces effets sont nettement observables avec une consommation quotidienne de 200 g d’oignons crus. Même si cette quantité peut difficilement être consommée chaque jour, une consommation régulière est bénéfique. Les liliacés ont aussi des pouvoirs anti-cholestérolémiants, avec une action marquée sur la réduction du mauvais cholestérol. Par leur pouvoir antioxydant, elles protègent contre les radicaux libres impliqués dans l’évolution des maladies cardio-vasculaires.

L’oignon rouge contre l’ostéoporose
L’oignon rouge (et seulement lui !) est très riches en Quercétine, un polyphénol aux propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. D’après les résultats d’études menées par l’INRA, la Quercétine ralentit la perte osseuse due à la ménopause tant sur la rigidité que sur la densité de l’os.