La timidité, ça se soigne très bien. Comment on s’en débarrasse ? En apprenant à s’aimer. On retrouve l’estime de soi avec ces exercices prodigués par notre psychothérapeute.

1. TIMIDE : POSITIVER AVEC LE RECADRAGE POSITIF

On essaie de faire une liste des situations récentes où on n’a franchement pas été fière de nous. On s’est sentie tantôt nulle, tantôt humiliée, tantôt incompétente. Pour chacune de ces situations, le recadrage positif va consister à trouver une utilité derrière chacun de ces comportements. On s’entraîne à voir le positif dans chaque situation. On dédramatise, on prend du recul. « Imaginez une pièce de monnaie à deux faces : sur la première face, vous êtes timides et vous vous trouvez complètement impuissante et faible. Sur la deuxième face en revanche, vous constatez que cette timidité a des points positifs. Cette réserve vous donne une capacité d’écoute, une sensibilité, une empathie que d’autres n’ont pas », remarque Françoise Dorn, psychothérapeute.

Par exemple, lors de notre présentation au boulot, on a bégayé et perdu ses moyens comme une débutante. Oui, mais notre collègue a pris le relais pour nous aider à continuer notre exposé. Et depuis, il est beaucoup plus sympathique avec nous.

2. TIMIDE : RÉUSSIR À CHANGER AVEC L’ »ANCRAGE DE RESSOURCE »

Dans cet exercice issu de la PNL (programmation neuro-linguistique) on part d’une situation de départ : qu’est-ce que l’on ressent à être timide en réunion par exemple ? Cela peut être que l’on se sent triste, on doute de soi, on a peur de ne pas y arriver.

-On se demande maintenant comment on voudrait être à la place : on aimerait être très à l’aise, avoir confiance en soi, être courageuse. Voici notre objectif final, notre point d’arrivée.

-Pour atteindre cet objectif, on cherche un moment de sa vie où on s’est senti dans cet état, que ce soit produit dans un passé proche ou lointain (au sport, en vacances, en famille…).

-On essaie de revivre cette situation de l’intérieur : même lieu, mêmes émotions. On respire tranquillement, on se sent mieux.

-Une fois que l’on a retrouvé intactes ces sensations , on va associer une « ancre » à ce comportement : un marqueur qui nous fera penser à ce plaisir sensoriel et cette situation positive. Cela peut être un geste, comme fermer le poing, se toucher le ventre ou un mot comme « berlingot ». -On a choisi son ancre, on se projette maintenant dans un scénario inconfortable, que l’on redoute. On s’imagine stimuler cette ancre dans cette mise en situation. Elle nous donne la force d’avancer et de ne pas flancher.
A chaque fois que l’on se sent mal, on stimule notre ancre. A force de l’expérimenter, cette ancre nous rend plus fort et plus sûr de nous.

3. TIMIDE : CHANGER DE COMPORTEMENT AVEC LE VOYAGE MENTAL

Cette technique est appelée en PNL « le générateur de nouveau comportement »*.

-On visualise un écran sur lequel on se voit ayant atteint son objectif (être sûr de soi, à l’aise). On prend le temps d’observer mais aussi d’entendre et de ressentir tout le positif de cette réussite.

-On choisit un modèle (une personne de son entourage, une célébrité…) qui symbolise à nos yeux la réussite de notre objectif et on remplace son image par celle du modèle.

-On regarde et on écoute son modèle en train d’agir exactement comme on le souhaite. On visualise ses gestes et son comportement.

-On se transpose à présent sur l’écran pour prendre la place du modèle et imaginer la situation.

-On choisit un déclencheur pour ce nouveau comportement (un mot, une phrase, un geste qui nous aidera à retrouver le positif).

-On s’imagine utilisant ce comportement dans plusieurs moments des semaines à venir. Vouc devenez quelqu’un d’autre. Quelqu’un qui n’a plus froid aux yeux, bien dans sa peau.

Websante