Une grande enquête qualitative menée par le docteur Sylvain Mimoun s’intéresse (enfin) au désir féminin. Découvrez les résultats de cette étude.

La question du désir

Pour 87% des femmes, le désir est très important dans la sexualité. Le déclencheur du désir est souvent un détail comme la voix, la démarche ou un mot.

Mais difficile de savoir exactement pourquoi tel ou tel détail attire notre attention.

Alors que le désir sexuel féminin était totalement tabou pendant des siècles, aujourd’hui les femmes n’ont plus peur d’aborder le sujet.

Les femmes interrogées au cours de l’étude emploient des expressions très imagées pour parler de leur désir : une envie qui fait tout oublier, c’est avoir envie à en avoir mal au ventre, une grande chaleur au creux de l’estomac et des nuages plein la tête…

L’enquête pointe aussi la fragilité du désir féminin. Les difficultés de la vie quotidienne, notamment le stress, ont une forte influence sur la perte du désir.

Les femmes ressentent une profonde tristesse quand le désir disparaît voire même de la déprime. Certaines culpabilisent.

Elles ne se retrouvent pas dans les modèles de perfection des magazines où il faut être belle, dynamique et pleine de désir… Pourtant, il est tout à fait normal d’avoir des hauts et des bas dans une vie.

Le tout est de savoir relancer la machine. Or, 64% des femmes disent ne rien faire pour relancer leur désir…

Réveiller le désir

Pour le Dr Sylvain Mimoun, le plus important est déjà d’avoir envie d’avoir envie… C’est à la femme d’être le moteur de son changement.

Et si elle ne provoque pas un peu le destin, il y a de fortes chances pour qu’elle se complaise dans une vie sans désir.

Quelques conseils pour faire repartir l’envie de faire l’amour :

-Prendre soin de soi : le sport ou l’utilisation de cosmétique boostent la confiance en soi. Une femme a besoin de se plaire pour plaire…

-Soigner son intérieur : Quand le train-train quotidien s’est installé et que son homme fait partie des meubles, il est bon d’apporter un peu de nouveauté.

Vous couchez dans de nouveaux draps soyeux vous rendront certainement plus câline.

-Retrouver une complicité : Evitez de suivre les conseils des magazines selon lesquels un week-end en amoureux est la meilleure recette pour relancer la vie sexuelle d’un couple.

En misant trop d’espoir sur ce week-end de la seconde chance, il y a fort à parier que vous allez être déçu.

Commencez par retrouver une certaine complicité avec votre conjoint : déjeunez ensemble à la pause déjeuner, téléphonez lui dans la journée…

Reconstruisez une certaine proximité que vous avez l’impression d’avoir perdu.

-Provoquer le désir : Même si vous n’avez pas forcément très envie de faire des galipettes, acceptez les avances de votre amant.

Focalisez-vous sur votre propre plaisir. Cela vous donnera certainement envie de recommencer et de vous entraîner dans un cercle vertueux.

Cultiver ses fantasmes

Le fantasme est une pensée imaginaire qui a pour fonction de stimuler l’envie de faire l’amour, puis d’amplifier le plaisir au cours des ébats.

Si 80% des femmes disent que leurs fantasmes pourraient se réaliser dans la vie, cela n’est en aucun cas une obligation. Ils n’ont pas vocation d’être mis en actes dans la vraie vie.

A notre époque, les femmes n’ont plus peur d’avouer qu’elles ont des fantasmes. 96% d’entre elles disent avoir des pensées sexuelles.

Les témoignages recueillis dans le cadre de l’enquête sont très divers. Les femmes rêvent de faire l’amour dans la jungle entourée de bête féroce, dans un cinéma parmi les spectateurs, prise en sandwich entre deux hommes virils…

Il n’y a pas de bon ou de mauvais fantasmes et il n’y a pas à culpabiliser d’avoir des fantasmes violents car c’est une interprétation d’une transgression.

Certaines thématiques reviennent souvent : le lieu( une grange, la plage, à la belle étoile…), les professionnels (le fameux fantasme de l’uniforme), la peur d’être surpris, la soumission et l’homosexualité.

Source : http://www.femmeactuelle.fr