bonne

Marre du syndrome de la wonder woman ? Vous n’êtes pas la seule. A trop vouloir réussir dans tous les domaines, conjuguer ses quadruples vies et renvoyer une image parfaite, on aurait tendance à trop souvent dire oui… quitte à s’oublier totalement. Anne Boutelant, chef d’entreprise et mère de 5 enfants, nous donne les conseils clefs pour ne plus être trop bonne, trop conne. Et d’avantage soi-même.

Pensez-vous que les femmes en font toujours trop ?
Peut être pas toujours, mais souvent, oui !
La vie d’une femme aujourd’hui à au moins 4 facettes : pro, maman/enfant, amante et amie. La société d’aujourd’hui nous pousse à être performantes et on s’impose d’assurer sur tous les fronts. Notre culpabilité à ne pas être au top H/24 nous entraîne souvent dans un tourbillon où la seule personne que nous oublions est nous-même.

Pourquoi les femmes veulent-elles être parfaites ?

On les connaît toutes, ces femmes pluridimensionnelles, réglant tout, partout, pour tous et en toute circonstance ! Super copine, super épouse, super maman, super confidente… elle est tout à la fois, jusqu’à se sentir parfois trop bonne trop conne. Elle prend du plaisir à aider, faire, dire, accomplir, réussir, maîtriser, contrôler et même réussir là où les autres échouent. Un plaisir grisant, voire addictif, un sentiment jouissif. Elle se lève avant les autres, se tient au garde à vous, prévient, anticipe et devance les besoins de ceux qui l’entourent sans ne jamais oser dire non. Elle attend en retour une reconnaissance légitime, reconnaissance qu’elle a peut-être le sentiment de ne pas avoir reçue durant son enfance.
Il est possible que cette femme ait une volonté de compenser un manque intérieur par une activité extérieure intense tendant à tout faire et trop faire pour les autres. Cette femme persiste à se penser prisonnière du statut « Trop Bonne, Trop Conne » dans lequel elle seule, bien souvent, s’est mise.

Comment apprendre à dire non ?

On ne nous apprend pas, enfant, à dire non. Au contraire, on dit oui à nos parents pour garder leur amour. C’est en tant qu’adulte que dire OUI à tout crin peut être nocif. Il ne s’agit de dire non systématiquement mais bien de se protéger de situations plombantes !

​Ne répondez pas dans l’urgence, écoutez-vous, laissez votre ressenti vous guider dans votre décision.
​N’ayez pas peur, cela n’est pas parce que vous direz non que l’on ne vous aimera plus. Au contraire, le non instaure des limites saines dans toute relation.
Entraînez-vous devant votre miroir en ayant préparer des réponses « toutes faites ». Par exemple : « Merci pour la confiance que tu m’accordes mais j’ai déjà mon planning plein et je n’arriverai pas à le faire ».
Proposez des solutions alternatives. Votre bonne volonté n’échappera pas à vos interlocuteurs. Apprendre à dire non, c’est comme apprendre à marcher avec des talons, au début on vacille et ensuite on prend de l’assurance.
Trop bonne, trop conne ! de Anne Boutelant, éd. Marabout

bonne1

Source: http://www.aufeminin.com/