C’est l’hiver, la fatigue nous terrasse, le manque de soleil entame notre moral… Pour retrouver une belle énergie, prenons soin du tout premier équilibre de notre corps. Celui qu’on appelle «acido-basique». Un nom savant pour nous rappeler que le tonus et le bien-être, c’est avant tout une question de chimie interne !

1. MINCEUR : TROUVER UN BON ÉQUILIBRE

Comme tout être vivant, notre organisme ne peut survivre et s’épanouir que dans un cadre précis (teneur en minéraux, oxygène, pH strict, etc.), explique Jean-Charles Schnebelen. Cet équilibre chimique interne du corps est aussi appelé «équilibre acido-basique». Lorsqu’il est respecté, tout va bien. Sinon, les cellules travaillent mal. Comme si l’on faisait pousser une plante dans une terre qui ne lui convient pas ! «L’équilibre acido-basique résulte de notre hygiène de vie, de notre alimentation et de l’ensemble des activités corporelles (digestion, sommeil…), poursuit notre spécialiste. Fruits et légumes, eau, calme et respiration profonde sont “basiques”. Protéines (viandes, poisson, œufs), stress, pollution, sport excessif “acidifient”.»
Il est impératif de trouver un bon équilibre entre tout cela. Hélas, notre vie moderne prédispose souvent à un excès d’acidité.

2. QUE SE PASSE-T-IL QUAND NOTRE HYGIÈNE DE VIE ROMPT NOTRE ÉQUILIBRE INTERNE ?

Manger trop peu de fruits et légumes et vivre dans le stress provoquent un manque de minéraux (magnésium, potassium, calcium…) et un déséquilibre acido-basique. Le corps, baigné dans un élément chimique inapproprié, ne fonctionne plus de façon optimale. Tout est «ralenti», comme un végétal dans une terre trop acide par rapport à ses besoins : il «végète». «De plus, l’organisme doit aller chercher ces minéraux ailleurs, alerte Jean-Charles Schnebelen. Il les pioche principalement dans les os, nos réservoirs à minéraux. Ce détournement de matériaux (principalement le calcium), puis la reconstruction, réclament de l’énergie. Un «défaire et refaire» épuisant, car le processus implique le travail de nombreuses cellules. C’est dommage : tout ce travail parce que le corps est obligé d’aller chercher dans le structurel (os) ce qu’il devrait normalement trouver dans le consommable (aliments) !»

3. MINCEUR: QUELS SONT LES SYMPTÔMES DE CE DÉSÉQUILIBRE APPELÉ ACIDO-BASIQUE ?

Par définition, ce type de déséquilibre concerne l’ensemble de l’organisme. Il n’est pas localisé et peut se manifester de nombreuses façons selon les faiblesses propres à chacun : «spasmophilie, faiblesse immunitaire, troubles cutanés récurrents, déprime, mycoses, ostéoporose, douleurs articulaires ou digestives, énumère notre spécialiste. Tous les organes et systèmes peuvent “mal” fonctionner. Mais le symptôme le plus courant est la fatigue matinale. Si, à peine levée, vous êtes déjà fatiguée, vous êtes probablement en déséquilibre acido-basique». Prendre toutes les vitamines du monde, sans équilibre interne, ne suffirait pas !

4. COMMENT SAVOIR SI ON EST CONCERNÉ ?

«Si vous consommez peu de végétaux et que vous vous oxygénez mal (respiration courte, vie 100% urbaine : bureau, voiture et maison), c’est mal parti», explique Jean-Charles Schnebelen. Pour en avoir le cœur net, on peut faire le test des bandelettes tournesol (en pharmacie). Ce papier réagit à l’acidité : les premières urines du matin sont normalement acides (collecte des déchets par le corps pendant la nuit), donc non représentatives. On effectue le test sur les deuxièmes, en principe de pH quasi neutre de 6,5 à 7. Si elles sont acides, c’est le signal qu’il est temps de corriger son alimentation.

5. SI ON EST TROP «ACIDE», QUE DOIT-ON FAIRE ?

Consommer beaucoup d’eau, de fruits (smoothies, salades de fruits…), de légumes (soupes, poêlées…) et modifier son hygiène de vie. «L’organisme dispose de différents moyens pour lutter contre un excès d’acidité, précise Jean-Charles Schnebelen. Les poumons rejettent une partie des acides sous forme de CO2. De plus, pendant la respiration, le corps fabrique des bicarbonates, qui “tamponnent” l’acidité. Respirez à fond ! Les reins trient et éliminent, buvez de l’eau ! La peau évacue aussi des acides : transpirez !» Attention au stress, au tabac et au manque de sommeil, générateurs d’acides.
Si ces mesures sont insuffisantes ou en cas de très forte acidité, une cure de suppléments alimentaires de minéraux basiques, sous forme de citrates et de carbonates (demandez conseil à votre pharmacien) ou du bicarbonate de sodium (1 c. à c. par jour dans un demi-verre d’eau pendant une semaine) accélérera le retour à la normale. Mais ne remplace pas les fruits et légumes !

6. MANGER ACIDO-BASIQUE, EST-CE VRAIMENT ADAPTÉ À TOUTE LA FAMILLE ?

Oui ! «Spécialement à l’enfant hypersensible, spasmophile ou hyperactif, souligne Jean-Charles Schnebelen Surtout s’il reste maigre alors qu’il mange comme quatre, ce qui signifie qu’il brûle beaucoup de protéines, donc qu’il est hyperacide.» Quant aux hommes, ils préfèrent souvent la viande et la charcuterie (acidifiantes) aux légumes verts (basiques). Résultat, dos bloqué, aigreurs d’estomac et douleurs articulaires. Rétablir un bon équilibre acido-basique leur fera le plus grand bien!

7. QUELS ALIMENTS PRIVILÉGIER?

«Les légumes, les fruits, certains féculents (châtaigne…) et les sources végétales de protéines (tofu, lentilles, riz…), indique Jean-Charles Schnebelen. Côté boissons, il y a l’eau, surtout riche en bicarbonates et les jus de légumes.» Si vous ne mangez pas assez de fruits, pensez aux jus de fruits sans sucre ajouté.

8. MENU ACIDE-BASE: ET LESQUELS LIMITER ?

«Œufs, viande, poisson, fruits de mer, fromage… Au cours de la digestion, les protéines animales libèrent des acides (phosphorique, sulfurique…), explique notre spécialiste. Méfiez-vous aussi des sodas, libérateurs d’acides.» À l’extrême, suite à un repas trop riche, ces aliments peuvent déclencher une crise de goutte résultant d’un excès d’acides localisés dans le gros orteil. Aïe ! Plus sournoisement, cette acidité sévit au quotidien, sans que nous en soyons conscients, affaiblissant nos réserves osseuses. Avec à court terme de la fatigue, à long terme, un risque accru d’ostéoporose. Mais attention, ces aliments ne sont en aucun cas interdits ! Nous parlons ici d’équilibre, il en faut donc aussi. «Théoriquement, nous devrions consommer 500g de légumes et/ou de fruits frais pour 100g de viande et/ou de poisson», conclut Jean-Charles Schnebelen.

9. LES PRODUITS LAITIERS PRÉVIENNENT-ILS L’OSTÉOPOROSE?

On entend les deux sons de cloche. Certains disent que les produits laitiers favorisent l’ostéoporose, d’autres recommandent d’en consommer trois par jour pour faire de vieux os. Il y a du vrai des deux côtés ! Les produits laitiers sont riches en calcium, «donc intéressants avant 30 ans, période de constitution du capital osseux, répond Jean-Charles Schnebelen. Mais d’un point de vue acido-basique, ils sont acidifiants, surtout les fromages, très riches en protéines. Par ailleurs, au moment de la préménopause et de la ménopause, on cherche surtout à limiter la destruction du capital osseux.» Et cela, ce sont les fruits et légumes qui s’en chargent, en aidant l’organisme à maintenir un bon équilibre acido-basique. Le calcium des produits laitiers continue à entretenir le squelette, mais ne contribue plus à le construire. Consommez-les avec des fruits et/ou de la salade (pour neutraliser les protéines acidifiantes). Exemple : roquefort + mâche et pomme, chèvre +raisin, brousse +roquette et figues, fromage blanc +cranberries… Et évitez de parsemer systématiquement pâtes et gratins de fromage, en particulier de parmesan, le plus acidifiant de tous.

10. ACIDE ET ACIDIFIANT, CE N’EST PAS LA MÊME CHOSE !

La saveur acide des agrumes n’a rien à voir avec l’acidification, qui découle de la digestion des protéines. Si vous digérez bien ces fruits, profitez ! Leur goût acidulé est dû à l’acide citrique, qui se transforme en bicarbonates dans le corps. De même que l’acide malique (pomme) et l’acide tartrique (raisin). Magique ! En plus, ils sont très riches en minéraux et participent eux aussi à l’équilibre acido-basique. Toutefois, évitez-les quand même si vous les digérez mal ou qu’ils vous brûlent l’estomac. Il existe beaucoup de fruits et légumes très doux, pourquoi aller chercher la misère ?