De la verrière d’intérieur en veux-tu en voilà, de la peinture sombre, le mix des genres déco (haussmannien, industriel et vintage) maîtrisé… Avec ce projet, l’architecte Camille Hermand a fait dans l’originalité et le grandiose. Découvrez sans plus attendre la rénovation intégrale de cette bâtisse ancienne de Bois-Colombes, avec – pompon sur le chapeau -, l’installation d’une extension.

Propriétaire d’une maison au bout de la rue, un couple de bois-colombiens louche sur cette bâtisse fractionnée en appartements, jusqu’au jour où il l’achète. Le bâtiment est dans son jus : impossible de l’aménager en l’état. Les nouveaux propriétaires font alors appel à l’architecte Camille Hermand (du bureau Camille Hermand Architectures) pour la rénover entièrement et installer une extension, s’offrant ainsi 20 m2 supplémentaires. Après 2 mois de réflexion, et 6 de travaux, l’architecte leur offre la maison familiale de 270 m2 – établie sur 3 niveaux, dont ils rêvaient.

Le projet de rénovation en bref
Idée : Transformer un vieux bâtiment divisé en appartements, en une maison familiale et y ajouter une extension.

Lieu : Bois-Colombes, Île-de-France

Surface : 270 m2.

Durée des travaux : 6 mois.

Une répartition des espaces atypiques pour cette maison familiale

« Cette grande demeure de 250 m2 avait été compartimentée en 3 appartements où vivait une grande famille. L’aménagement des lieux n’avait pas été revu depuis des dizaines années. Il n’y avait pas de salle de bains, mais 3 cuisines », commence l’architecte.

La nouvelle répartition de la maison s’est faite sur 3 niveaux, chacun avec une fonction bien définie. Le dernier étage est dédié aux enfants, le premier aux parents et le rez-de-chaussée aux espaces à vivre. Pour y parvenir, l’architecte a conservé la structure d' »immeuble » de l’ancienne bâtisse, avec son système de palier. Les parents comme les enfants profitent ainsi d’une réelle impression d’indépendance.

Imaginer une rénovation sur les bases de l’ancien
Si la rénovation totale était inévitable, les propriétaires souhaitaient préserver les éléments anciens qui pouvaient l’être. Carreaux de ciment, moulures, escaliers, portes… différentes pièces ont été conservées et, au besoin, remises à neuf par l’architecte qui a ainsi décuplé le cachet de la maison, par un jeu de couleurs, de lumière et de transparence, contrôlé.

Salon, cuisine, chambre parentale, étage « enfants »… Chaque univers est structuré par des verrières d’intérieur et des couleurs (du noir au gris perle, en passant par le bleu). Dans l’entrée, elles ouvrent les espaces vers le salon et la cuisine depuis l’entrée. Dans la chambre du couple, le verrière dissocie le coin nuit du bureau.

De l’autre côté du lit, le bureau qui a été chiné par le couple. La partie du mur sur laquelle est adossé le meuble et restée blanche, pour une question de luminosité et de relief.De l’autre côté du lit, le bureau qui a été chiné par le couple. La partie du mur sur laquelle est adossé le meuble et restée blanche, pour une question de luminosité et de relief.Jennifer Sath pour Camille Hermand
Au dernier étage, elle dessine un espace de détente. La déco témoigne du goût prononcé des hôtes pour « l’industriel » et le vintage qui contrastent avec l’élégance du style haussmannien, et s’actualise avec quelques touches de modernité.

Plus contemporaine, la maison devient confortable
Autre point figurant au cahier des charges : le confort. « Le couple voulait un rez-de-chaussée lumineux et agréable pour recevoir du monde », explique l’experte. Pour eux, l’extension s’imposait comme une évidence. Et c’est d’ailleurs par cette pièce que Camille Hermand a débuté son chantier, après avoir décloisonné tout l’espace.

Cette pièce ajoutée accueille le salon et sa bibliothèque. Les ouvertures au toit et les larges fenêtres diffusent la lumière qui révèle les nuances de la peinture au mur. « Ce sont ces ouvertures qui ont permis l’utilisation du bleu sur les murs », souligne Camille Hermand.

L’architecte a par ailleurs remédié à un problème majeur : l’absence de salle de bains en profitant de la présence de toilettes (et créer du chauffage). Désormais, chaque étage a la sienne ! Toutes aménagées dans une même ambiance authentique, typée indus.

Enfin, même dans un grand espace, l’optimisation a son importance. Tout naturellement les 3 cuisines ont disparu pour céder leur place à une grande et unique cuisine. La partie la plus visible affiche un look boisé authentique. L’îlot convivial a été réalisé par l’architecte. Son plateau en grès Winckelmans rappelle celui utilisé sur le plan de travail. Réservée aux points techniques, l’arrière-cuisine se veut bien plus contemporaine. A noter : ces deux espaces ont été réalisés à partir du même mobilier de cuisine Ikea, les façades diffèrent.

Sous les combles, même combat ! Pour des raisons d’optimisation de l’espace, la pro a pensé des aménagements sur mesure dans les chambres des enfants : bibliothèque et dressing dans la chambre du garçon, bureau et placards dans celle de la fille.

Source: http://www.cotemaison.fr