Complexée par un grand nez, un menton carré, un visage tout rond ? Il y a beaucoup plus simple que de passer sur le billard : aller chez le coiffeur !

1. LONG NEZ : LA COUPE QU’IL VOUS FAUT

C’est quoi le problème ?
Avoir un grand nez est signe de caractère, mais pas toujours très féminin. Comme c’est une zone difficile à cacher, on essaie de trouver un équilibre grâce à une coupe qui ne le mette pas en avant et qui détourne l’attention sur d’autres parties du visage.

Solutions côté coupe ?
Une coupe de cheveux à mi-longueur au-dessus des épaules, avec un léger volume, adoucit les traits. Sans qu’on cherche à le cacher, le nez reprend alors une place « normale » au sein du visage. De profil aussi, le choix de la coupe a toute son importance. C’est pourquoi il faut insister sur le volume. De cette façon, la chevelure est plus visible et attire l’œil. En revanche, on évite une coupe courte qui mettrait l’accent sur le nez en dégageant le visage. Même chose pour une frange courte qui le rendrait plus présent en s’arrêtant à sa base.

Et côté coloration ?
On mise sur des teintes naturelles et douces, en harmonie avec son teint. On fuit les tons très clairs ou très foncés qui durcissent les traits. Et les couleurs trop voyantes (blond platine ou noir corbeau), qui risquent de souligner le nez.

2. GRAND FRONT : LA COUPE QU’IL VOUS FAUT

C’est quoi le problème ?
Signe d’intelligence, ce défaut n’est pas vraiment le plus gênant, mais on peut avoir du mal à se coiffer et trouver que son front prend vraiment trop de place. Dans ce cas, on peut le dissimuler assez facilement… À l’inverse, on peut tirer ses cheveux en arrière, ce qui dégage aussi tout le visage. Une coiffure qui, si on l’assume, se révèle féminine et très élégante !

Solutions côté coupe
On le camoufle avec une frange plutôt longue jusqu’aux sourcils ou une mèche balayée (plus douce), plutôt sur le côté si l’implantation naturelle des cheveux le permet. Peu importent la longueur et le volume si la frange s’associe à une coupe offrant peps et féminité.

Et côté coloration
Sur des cheveux bruns, des mèches marron lumineux créent des reflets chauds et dorés, qui attirent l’attention et la détournent du visage. La coloration peut doper la coupe en donnant du relief, de l’éclat et de la profondeur à la chevelure.

3. MENTON PROÉMINENT : LA COUPE QU’IL VOUS FAUT

C’est quoi le problème ?
En galoche, trop en avant ou un peu massif, un menton carré a tendance à durcir les traits… À défaut de le faire disparaître, on peut le camoufler en optant pour une coupe assez longue.

Solutions côté coupe
On opte pour un carré long, qui peut ou non être dégradé en bordure. Cela permet d’habiller les maxillaires et de les rendre moins visibles. On évite les longueurs qui s’arrêtent à hauteur du menton, pour ne pas souligner sa forme ou sa taille. Mais attention aux coupes très courtes ! Elles dégagent le visage et peuvent mettre de ce fait l’accent sur la mâchoire. Un inconvénient qui apparaît aussi de profil. Elles conviennent donc davantage aux petits mentons.

Et côté coloration
On ne cherche surtout pas à créer de volume supplémentaire. La couleur choisie doit donc ne pas être trop claire mais naturelle. Préférez un ton sur ton qui, sans changer la teinte d’origine, apporte la juste dose de reflets et de nuances qui adoucissent le visage.

4. BOUILLE TOUTE RONDE : LA COUPE QU’IL VOUS FAUT

C’est quoi le problème ?
Le risque, c’est de garder toute sa vie une tête de gamine… Évidemment, le fait d’avoir un visage rond ou de bonnes joues est plutôt sympathique et donne un air jeune. Mais on n’a pas envie d’en rajouter, surtout dans les professions où l’on a besoin d’être prise au sérieux. On privilégie donc une coupe qui allonge le visage et qui le rend moins rond ou moins joufflu.

Solutions côté coupe
Cheveux longs ou mi-longs, la coupe doit se structurer sur une base de carré, toujours bien dégradé, avec plus ou moins de volume. La frange est possible si elle n’est pas trop linéaire, car elle accentuerait alors la largeur du visage. Quant au court, il risque d’accentuer le côté rond du visage et l’aspect « petite fille ».

Et côté coloration
On privilégie les teintes foncées. Selon le type de coloration, elles peuvent offrir un résultat en transparence sans ­effet casque, qui allonge et affine les traits. Pas de couleurs très claires qui, en accrochant la lumière, donnent plus de volume. Ce qui n’est pas le but recherché !

5. PEAU QUI ROUGIT : LA COUPE QU’IL VOUS FAUT

C’est quoi le problème ?
Une émotion, un coup de chaud et vous piquez un fard ! Si la couperose (petits vaisseaux cutanés visibles) ou l’érythrose (rougeurs diffuses) s’en mêle, c’est pire : vous avez le teint rose en permanence. Pour limiter cet aspect gênant de la peau, souvent associé à la timidité, la couleur de vos cheveux est très importante, car elle peut estomper les rougeurs… ou les exacerber.

Solutions côté coloration
Pour corriger optiquement un teint sujet aux rougeurs ou à la couperose, la coloration fait des miracles en jouant sur la carnation. Elle est réussie, lorsqu’elle donne bonne mine au visage à la lumière du jour. Pour ça, mieux vaut éviter les teintes plus claires que la couleur naturelle. Tout comme les tonalités trop chaudes, les roux et les cuivrés, qui accentuent aussi les rougeurs. Sur cheveux blonds ou légèrement plus foncés, une nuance miel, associée à une pointe de marron intense ou de chocolat, neutralise les rougeurs et fait ressortir les yeux.

Des boutons ? On ruse aussi !
Quand ils s’installent au niveau des mâchoires, on peut tricher aussi en adoptant la bonne couleur. Il faut alors miser sur une coloration ton sur ton, dont les reflets neutralisent les imperfections de la carnation.

Les tons froids et cendrés, par exemple, contrebalancent le rouge des boutons. Ce qui permet de les atténuer visuellement.